jan 012011

C'est avec une très très grande joie que j'ai retrouvé récemment une de mes très chères amies de fac, Béatrice.

Béatrice souffre d'une maladie génétique : le syndrôme de Jadassohn-Lewandowsky, appelé également Pachyonychie congénitale de type 1.

Voici la définition de cette maladie, donnée sur Vulgaris-medical :

Maladie héréditaire transmise suivant le mode dominant (il suffit que l'un des deux parents présente l'anomalie génétique pour que l'enfant ait la maladie).
Ce syndrome (ensemble de symptômes) se rencontre chez le nouveau-né et chez l'enfant en bas âge, et se caractérise par une hyperkératose, c'est-à-dire une augmentation d'épaisseur de la couche de cellules constituant l'épiderme et contenant de la kératine. L'épiderme est la couche de cellules la plus superficielle de la peau.

Cette pathologie fait partie des kératodermies.

Au cours de la pachyonychie congénitale, on observe une kératinisation, autrement dit une transformation de la kératine et des couches superficielles de la peau (épiderme) ou de certaines muqueuses (couches de cellules recouvrant l'intérieur des organes creux en contact avec l'air) qui s'enrichissent progressivement de kératine.
Cette kératose est située sous les ongles, sur la plante des pieds et sur la paume des mains.
Elle apparaît sous la forme d'îlots associés à une hyperhidrose (transpiration excessive non liée à la chaleur ou à l'exercice physique).
Il existe d'autre part une kératose pilaire avec un état de sécheresse de la peau et de petites élévations de la couche cornée (de kératine), sèches, avec des leucokératoses (plaques blanches) au niveau de la langue.

C'est une maladie très handicapante, au sens propre, car les lésions de Béatrice sont très douloureuses, surtout au niveau des pieds, ce qui l'oblige à se déplacer en fauteuil roulant.

Je vous invite si vous souhaitez en savoir plus à visiter le site de l'association "Le coeur au pied", dédié au deux types de pachyonychie congénitale. Certaines photos sont un peu crues, je préfère vous prévenir…

Bref, lorsque nous avons renoué le contact, elle m'a dit qu'on lui avait beaucoup parlé d'une plante qui serait très efficace pour elle, et m'a demandé si je pouvais avoir le moyen de me procurer du "Mimosa Tenuiflora"… Si je peux m'en procurer ? J'en vends, c'est du tepezcohuite ! :mrgreen:

Elle a été d'accord pour que je fasse quelques essais de crèmes pour elle, dont voici la première, une base toute simple, 100 % tepezcohuite justement !

Elle m'avait signalé que ses crèmes doivent surtout n'être pas du tout occlusives, j'ai donc opté pour des formules contenant assez peu de phase huileuse… en espérant que ce soit quand même suffisament nourrissant.

 

Phase huileuse :

  • Macérât tepezcohuite/jojoba (25 %) : 15 g (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, calme la douleur, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, cicatrisant, régénérant, tenseur)
  • Olivem (7%) : 4.2 g (émulsifiant, émollient, hydratant)

Phase aqueuse :

  • Infusion de tepezcohuite (66.67 %) : 40 g (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, calme la douleur, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur)

Troisème phase :

  • Extrait fluide de tepezcohuite (1 %) : 0.6 g (18 gtt) (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, calme la douleur, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur)
  • Sorbate de potassium (0.30 %) : 0.18 g (anti-oxydant, conservateur fongicide)
  • Alcool de benzyle : (0.8 %) : 0.48 g (10 gtt) (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)

 

Méthode : Faire chauffer les phases aqueuse et huileuse au bain-marie, puis faire prendre l'émulsion. (Voir le mode opératoire pour débutantes)

 

 

Verdict : J'aime beaucoup la couleur, légèrement rosée. J'en ai fait un pot pour moi également, pour essayer de venir à bout de mes cicatrices d'acné. La crème n'est pas grasse du tout, elle mériterait même de l'être un petit peu plus pour les peaux normales et sèches. Pour moi, qui ai une peau mixte/grasse, elle est très bien ! Je l'utilise également sur les joues de mes filles, quand elles sont abîmées par le froid. J'attends avec impatience le retour de Béatrice…

jan 132010

[Edit le 28/01/2010 : j'ai dû "réapprovisionner" Julie, et cette fois j'ai pris une photo (voir plus bas)]

 

Martin va avoir un petit frère (ou une petite soeur !), Youpi !

Julie avait donc besoin d'une crème anti-vergetures, c'est la première fois que j'ai ce défi à relever, j'ai donc mis le paquet !

 

Gel d'aloe Vera : 10 ml (réparateur, cicatrisant, hydratant, protecteur, régénérant)
Glycérine : 5 ml 
(émollient, humectant, adoucissant)
Infusion centella asiatica-tepezcohuite : 25 ml
(cicatrisant, stimule la formation du collagène et des vaisseaux sanguins,
évite l'apparition des cicatrices)
HA de sauge officinale : 10 ml
(régénérant, cicatrisant, hormone-like)

Macérât centella-asiatica/jojoba : 4 ml (humectant, nourrissant, cicatrisant, régénérant, stimule la formation du collagène et des vaisseaux sanguins)
Macérât Tepezcohuite/jojoba : 4 ml (humectant, nourrissant, cicatrisant, régénérant, évite l'apparition des cicatrices)
HV de macadamia : 12 ml  (assouplissant, nourrissant, anti-déshydratation, cicatrisant, protecteur, adoucissant)
HV d'avocat : 10 ml
(assouplissant, protecteur, régénérant, restructurant, cicatrisant)
Squalane : 4 ml
(assouplissant, adoucissant, protecteur, émollient)
Beurre de karité : 10 g
(protecteur, cicatrisant, régénérant, nourrissant)
cire d'abeille : 5 g
Polawax : 3 g

Vitamine E : 15 gt
Allantoine : 0.5 g
(hydratant, cicatrisant, réparateur, régénérant, adoucissant)
Ecogard : 20 gtt

 

Méthode : Faire chauffer les phases aqueuse et huileuse au bain-marie, puis faire prendre l'émulsion. (Voir le mode opératoire pour débutantes)

 

 

Verdict : une bonne crème bien riche et nourrissante. Ca fait déjà 3 mois que je l'ai donnée à Julie, pour le moment, pas de vergetures en vue…

 

Mise en garde

Nos articles sont à but informatif, ils ont été renseignés par des sources précises et fiables, mais ils ne sauraient en aucun cas se substituer à un avis médical.
En cas d’interrogation ou de pathologie grave, consultez un professionnel de santé !
N'oubliez pas de lire également le billet sur l'utilisation des huiles essentielles.

Rendons à César…

C'est avec plaisir que nous mettons nos recettes à votre disposition. Parfois, nous nous sommes inspirées d'autres bloggeuses, que nous citons.
Si vous-même vous inspirez de l'une de nos recettes, merci de mettre dans votre article un lien vers "La cosméto de Maman" !