jan 112011

Lorsque je suis allée participer à un atelier très spécial chez Ka Fée, j'ai eu l'occasion pour la première fois de m'essayer à la soude en perles… Moi qui tenais beaucoup à ma sacro-sainte lessive de soude, çà a été un gros effort, mais j'ai été encouragée par tout le monde alors….:roll:

Eh bah vous savez quoi ? Même pas mal ! :lol:

Je ne voyais pas vraiment l'intérêt de la soude en perles, mais maintenant je l'ai compris. Il est double : il permet d'utiliser autre chose que de l'eau comme diluant de la soude, et il permet également de réduire le liquide de dilution de la soude, afin de pouvoir faire davantage d'ajouts plus ou moins fantaisistes :lol: (genre de l'oeuf ou du lait de pistache, chez Ka…)

Il fallait donc maintenant que j'essaye toute seule comme une grande, y a pas de raison ! ;)

Même si j'ai bien saisi l'intérêt de faire soi-même sa lessive de soude, je me vois mal le faire, pour simplement mélange la quantité moyenne de soude, avec de l'eau toute simple. Je garderai donc ma lessive de soude toute prête quand je ne voudrais pas faire d'"effets" d'ajouts particuliers, c'est-à-dire pour les savons principalement graphiques ;)

Donc, il me fallait une "bonne" raison de m'essayer à la soude en perles… Je l'ai trouvée en feuilletant le livre de Michèle "Mes savons naturels faits maison" (que je vous recommande, pas seulement parce que Dans Ma nature y est cité comme fournisseur:lol:, mais parce que c'est un livre agréable à lire, avec de jolies photos, et des recettes qui sont à la fois "basiques" et qui peuvent ausis donner des idées !)…

J'utilise de l'amidon de riz pour adoucir l'eau du bain de mes filles… Ce sera donc un savon au riz !

La soude sera diluée avec l'eau de cuisson du riz, riche en amidon (anti-radicalaire et très adoucissant)

Et j'ajouterai de la purée de riz, ainsi qu'un surgraissage à l'huile de son de riz (émolliente, très nourrissante, améliore la micro-circulation et le métabolisme cellulaire, prévient le vieillissement cutané, sébo-régulatrice).

Hop, c'est parti :)

Eau de cuisson du riz congelée en glaçons (minimum d'eau requis) : 125 g

Soude (surgraissage à 2 %) : 72.53 g

La proportion de soude dépend de l'huile utilisée et de la dilution de la lessive de soude, je vous la donne à  titre indicatif, vous devez impérativement recalculer votre dosage de soude ici.

Sugraissage à la trace (8 %, soit un surgraissage total de 10 %)

Comme je voulais en offrir dès le lendemain, pour les pauvres petites joues fragiles de Martin, j'en ai fait une partie en ITMHP (2h30 à 60°), et une partie dans mon tout nouveau dividor reçu par le Père Nono (Merci père Nono !! :mrgreen:)

 Vous pouvez voir sur la photo la différence de couleur entre ceux faits au four (à droite) et ceux en cure "à froid" (faits dans mon dividor :mrgreen:).

Verdict : je l'aime ! Il est très doux, je l'adore ! :mrgreen: J'ai déjà des tas d'autres idées en tête avec la soude en perle :lol: Je suis très très fière de c'e savon, pourtant tout simple :wink:

jan 102011

Toujours pour la pachyonychie congénitale de mon amie Béatrice, voici mon dernier essai, le plus "expérimental", le plus périlleux, qui m'a donné du fil à retordre !

Béatrice m'a dit qu'elle avait discuté avec une dame dont le fils souffre de la même maladie, et qui avait obtenu de très bon résultats avec les crèmes du Dr Janka, particulièrement les crèmes "Soft crème", "Spezial" et "Milch Héfé".

Ni une, ni deux, me voici partie en quête de la composition de ces fameuses crèmes !

Soft Crème : Allantoin, chamomile, natural moisturizing factors, vitamins A, E and F, lime blossom, zinc oxide, salicylic acid.

Spezial : Ichthyol, aloe vera, panthenol, vitamins A, E and F, iron, zinc

Milch Héfé : Biostimuline, chamomile, natural moisturizing agents, panthenol, usnic acid, wheat germ extracts, vitamins A, E et F (essential fatty acids), natural lecithin, vitamin-B enriched yeast extracts.

Comme je commençais à être un peu prise par le temps, j'ai voulu faire un mélange de tout çà dans une seule et même crème… C'est partie pour le "décortiquage" ;)

  • Allantoin : bon, bah çà, c'est de l'allantoïne, j'en mettrai donc en poudre.
  • Chamomile : la camomille, j'en mettrai sous forme de macérât huileux et d'infusion (la camomille est également riche en allantoïne, tant mieux !)
  • Vitamine A : dans la carotte, le sésame, la noisette, le blé. Je mettrai un extrait de protéines de blé
  • Vitamine E : j'en mettrai
  • Vitamine F : présente dans les noix, germes de blé, soja… Il y en aura donc dans mon extrait de protéines de blé, et également dans la lécithine de soja que j'utiliserai comme co-émulsifiant.
  • Lime blossom : tilleul. Je l'ai laissé de côté (j'ai peut-être eu tort, j'aurais pu utiliser de l'hydrolat de tilleu que j'ai en stock…)
  • Natural moisturizing factors : alors là, çà veut tout dire et rien dire "agents hydratants naturels"…
  • zinc oxide : oxyde de zinc, j'en mettrai
  • salicylic acid : acide salicylique, le principal consituant de l'aspirine. L'acide salicylique a été isolé à partir du saule blanc, et l'aspirine à partir de la reine-des-prés. Ca tombe bien, j'ai de la reine-des-prés, j'en ferai une infusion.
  • Ichtyol : "L'ichtyol (ichtyolammonium) est obtenu par extraction à partir de schiste bitumeux à une température d'environ 480°C. Les huiles de schiste ont été formées il y a plusieurs millions d'années à partir de la décomposition de matière animale ( poissons et animaux marins préhistoriques).
    C'est un goudron noir-brun très épais, d'odeur pénétrante, qui renferme de nombreux composés dont le soufre. " Là, j'ai séché…. donc j'ai zappé…
  • Aloe vera : j'en mettrai
  • panthenol : j'en mettrai, sous la forme d'un extrait de protéines de blé
  • iron : fer. J'ai zappé.
  • biostimuline : alors là, un grand mystère… la biostimuline c'est un "stimulateur biogénique", biogénique : relatif à l'évolution des organismes vivants…. mouais… Je vous renvoie à l'article d'AZ santé ici : http://www.az-sante.com/DICO/B/biostimuline.php. J'avoue que j'ai un peu zappé, car çà m'a laissée vraiment perplexe…
  • usnic acid : acide usnique. On en trouve dans la barbe de Jupiter. Ca tombe bien, Laëticia m'en a envoyé, youpi, j'en ferai un extrait fluide ! On en trouve également dans le kombucha, j'utiliserai donc du vinaigre de kombucha au lieu du vinaigre de cidre pour faire mon extrait de protéines de blé.
  • wheat germ extracts : extraits de germes de blé. J'en mettrai sous forme d'extrait de protéines de blé
  • natural lecithin : lécithine natuelle. J'utiliserai la lécithine de soja comme co-émulsifiant.
  • vitamin-B enriched yeast extracts : "extraits de levure enrichis en vitamine B". J'ai décidé d'utiliser de la levure de bière, puisqu'elle contient le groupe complet de vitamine B.

Bon, bon bon…. me voilà bien ! ;) Maintenant, mettre en forme une formule qui se tienne… avec :

  • de l'allantoïne
  • de la camomille
  • de la reine-des-prés
  • un extrait de protéines de blé
  • de la vitamine E
  • de la lécithine de soja
  • de l'oxyde de zinc
  • de l'aloe vera
  • de l'extrait fluide de barbe de Jupiter
  • de la levure de bière

Comme la maladie de Béatrice est une forme de kératose, j'ai choisi de m'inspirer de la crème que j'avais faite à Elodie contre sa kératose pilaire, en ajoutant de l'huile de calophylle inophyle, de l'huile de nigelle, et un macérât huileux de consoude. 

Sauf que Béatrice m'avait bien dit qu'il ne fallait absolument pas que la crème soit occlusive, donc on oublie le beurre de karité et autre cire d'abeille…

Avant toute chose, il a fallu préparer deux semaines à l'avance :

  • - une teinture de barbe de jupiter, que j'utiliserai en la réduisant pour la transformer en extrait fluide
  • - un extrait de protéines de blé dans du vinaigre de kombucha (selon la méthode de Cristine)


(Barbe de Jupiter)

Ok, çà sera donc une crème légère, avec la lécithine de soja comme seul émulsifiant. Je l'ai déjà fait et çà avait été concluant, donc, fastoche.

Sauf qu'en fait, non, pas fastoche du tout. Essai d'un premier pot de 60 ml. Déphasage quasi immédiat après la mise en pot. :?

OK, je recommence tout, en réduisant la proportion de gel d'aloe vera et en augmentant la proportion d'infusion (pour que la lécithine de soja se dissolve mieux…), et en ajoutant 0.2 % de gomme xanthane,pour stabiliser le tout.

Rebelote. Déphasage quasi immédiat.

Je me méfie des poudres dans les crèmes (allantoïne, oxyde de zinc), et j'ai un gros doute sur ma levure de bière, que j'ai ajoutée à la phase aqueuse, mais ai-je eu raison ?….

Je mets donc de côté mes deux pots "ratés", et je tente une petite formule "simplifiée" en enlevant l'allantoïne, l'oxyde de zinc et la levure de bière.

Voici la formule de cette "crème Kajan numéro 2" ! :lol:

Phase aqueuse :

  • gel d'aloe vera : 2 g (émollient, humectant, hydratant, apaisant, cicatrisant, astringent, anti-prurigineux, régénérant, anti-radicaux libres)
  • infusion de camomille allemande (anti-inflammatoire, anti-allergique, cicatrisant) et reine-des-prés (source d'acide salicylique, anti-inflammatoire, astringent) : 12 g
  • lécithine de soja : 6 g (fondue quelques heures dans la phase aqueuse) (émulsifiant, émollient)

Phase huileuse :

  • HV de calophylle inophyle : 2 g (circulatoire, fluidifiant, cicatrisant, régénérant, anti-infectieux, anit-inflammatoire, antalgique, protecteur)
  • HV de nigelle : 2 g (anti-inflammatoire, cicatrisant, anti-infectieux, antioxydant, anti-radicalaire, anti-âge, nourrisant, régénérant)
  • macérât camomille allemande / jojoba : 5 g (anti-inflammatoire, anti-allergique, cicatrisant, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, régénérant, tenseur)

Troisième phase :

  • extrait fluide de barbe de Jupiter : 9 gtt (source d'acide d'usnique, anti-microbien, anti-inflammatoire, apaisant)
  • extrait fluide de protéines de blé : 9 gtt (source de vitamine F, source d'acide usnique, adoucissant, assouplissant, hydratant)
  • vitamine E : 5 gtt (anti-oxydant puissant, anti-radicalaire, stimule la régénération cellulaire, assouplissant)
  • sorbate de potassium : 0.07 g (anti-oxydant, conservateur fongicide)
  • alcool de benzyle : 5 gtt (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)

Méthode : mélanger vivement la phase aqueuse (après avoir laissé "gonfler" la lécithine dans l'infusion), puis ajouter la phase huileuse en filet, en ne cessant pas de mélanger, et enfin la 3ème phase.

Bon, voilà au moins un pot de quelque chose de réussi, avec cette belle texture de crème M*nt Blanc ;)

Mais bon, j'avais quand même "sur les bras" 120 ml de la première version ratée…et çà m'aurait embêtée de jeter toutes ces bonnes choses à la poubelle…

J'ai donc réalisé une petite émulsion très très compacte (juste polawax + HV de jojoba + eau), à ajouter à ces 2 pots ratés, pour obtenir 150 ml de quelque chose d'utilisable… J'ai fait très très peu chauffer mes 120 ml ratés, avant de les ajouter à ma petite émulsion, pour ne pas perdre les propriétés des ingrédients, particulièrement des conservateurs….

Donc voici, au final, la recette, j'ai tout mis en même temps, les ingrédients des deux pots de 60 ml + les ingrédients de l'émulsion de rattrapage final.

Phase aqueuse :

  • Gel d'aloe vera : 14 g (émollient, humectant, hydratant, apaisant, cicatrisant, astringent, anti-prurigineux, régénérant, anti-radicaux libres)
  • infusion de camomille allemande (anti-inflammatoire, anti-allergique, cicatrisant) et reine des prés (source d'acide salicylique, anti-inflammatoire, astringent) : 39 g
  • Eau : 14 g
  • gomme xanthane : 0.18 g (épaississant, gélifiant)
  • levure de bière en paillettes : 0.6 g (source de vitamine B)
  • lécithine de soja : 24 g (à laisser fondre dans la phase aqueuse quelques heures, avec la gomme xanthane et la levure de bière) (émulsifiant, émollient)

Phase huileuse :

  • HV de calophylle inophyle : 8 g (circulatoire, fluidifiant, cicatrisant, régénérant, anti-infectieux, anit-inflammatoire, antalgique, protecteur)
  • HV de nigelle : 8 g (anti-inflammatoire, cicatrisant, anti-infectieux, antioxydant, anti-radicalaire, anti-âge, nourrisant, régénérant)
  • Macérât camomille allemande / jojoba : 10 g (anti-inflammatoire, anti-allergique, cicatrisant, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, régénérant, tenseur)
  • Macérât consoude / jojoba : 10 g (cicatrisant, anti-inflammatoire, astringent, émollient, adoucissant, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, régénérant, tenseur)
  • HV de jojoba : 7 g (humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, régénérant, tenseur
  • Polawax : 9 g (émulsifiant)

Troisième phase :

  • extrait fluide de barbe de jupiter : 1.2 g (36 gtt) (source d'acide d'usnique, anti-microbien, anti-inflammatoire, apaisant)
  • extrait fluide de proteines de blé : 1.2 g (36 gtt) (source de vitamine F, source d'acide usnique, adoucissant, assouplissant, hydratant)
  • vitamine E : 0.6 g (anti-oxydant puissant, anti-radicalaire, stimule la régénération cellulaire, assouplissant)
  • oxyde de zinc : 1.2 g (fongicide, antiseptique)
  • allantoïne : 0.6 g (apaisant, hydratant, cicatrisant, réparateur, régénérant, adoucissant, sébo-régulateur)
  • sorbate de potassium : 0.35 g (anti-oxydant, conservateur fongicide)
  • alcool de benzyle : 1.17 g (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)

Même si pour moi, la méthode a été un peu saugrenue, il convient d'utiliser la méthode d'émulsion habituelle (Voir le mode opératoire pour débutantes).

Je ne vous cache pas que j'ai eu un peu de mal à rattraper le coup sans trop chauffer… Et au final, ma crème n'est pas très appétissante, la texture semble grumeleuse, mais en fait elle ne l'est pas, elle fond très bien sur la peau, ouf…

 

Verdict : vous l'aurez compris, j'en ai BAVÉ !! :lol: Et en plus, vous voulez rire ? la Kajan n°2, celle que j'ai faite dans le petit pot, par "dépit", qui était si jolie, eh bah quand je suis arrivée chez Béatrice et que j'ai ouvert le pot, elle s'était complètement liquéfiée !! Non, mais quand on a la poisse hein….:roll: Bref, en tout cas, étant donné que cette crème "Kajan" a été pas mal manipulée dans tous les sens, j'ai conseillé à Béatrice de commencer par tester celle-ci (avant celle au tepezcohuite et celle au curcuma), histoire de minimiser les éventuels problèmes de conservation… :roll:

En tout cas, sa texture, même si elle n'est pas très jolie, est plutôt agréable sur la peau, c'est déjà çà !!
 

jan 082011

Pour mon amie Béatrice, qui souffre pachyonychie congénitale (je vous renvoie à cet article, si vous l'avez raté !), j'ai fait une deuxième crème pour essayer de soulager ses lésions.

Je me suis inspirée de ma crème avoine-guimauve, qui est tellement douce, et j'ai voulu y ajouter du curcuma et du tepezcohuite.

 

 Phase aqueuse (70 %) :

  • infusion de curcuma (anti-inflammatoire, anti-oxydant), tepezcohuite (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, antalgique, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur), grande consoude (cicatrisant, anti-inflammatoire, astringent, émollient, adoucissant), centella asiatica (anti-oxydant, anti-inflammatoire, cicatrisant, stimule la formation du collagène, stimule la formation des vaisseaux sanguins), avoine (cicatrisant, antiprurigineux, anti-eczéma, régénérant, adoucissant, émollient, purifiant), guimauve (émollient, apaisant, adoucissant, anti-inflammatoire) : 35 g

Phase huileuse :

  • macérât tepezcohuite/jojoba : 5 g (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, antalgique, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, tenseur)
  • macérât curcuma/jojoba : 5 g (anti-inflammatoire, anti-oxydant, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, cicatrisant, régénérant, tenseur)
  • olivem (6 %) : 3 g (émulsifiant, émollient, hydratant)

Troisième phase :

  • urée (2.5 %) : 1.25 g (régulateur de pH, très humectant, agent d'entretien de la peau, cicatrisant)
  • extrait fluide de tepezcohuite (1 %) : 0.5 g  (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, antalgique, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur)
  • extrait fluide de curcuma (0.5 %) : 0.25 g (anti-inflammatoire, anti-oxydant) (en faisant la recette, j'ai eu un méga trou de mémoire, et je me suis dit d'un coup "mince, j'ai oublié de préparer une teinture de curcuma"…. donc j'ai remplacé l'extrait fluide par la même quantité d'urée… sauf qu'en fait j'avais BIEN préparé une teinture de curcuma et que je l'avais complètement oubliée…. quand on n'a pas de tête hein….:roll:)
  • sorbate de potassium (0.3%) : 0.15 g (anti-oxydant, conservateur fongicide)
  • alcool de benzyle (0.8 %) : 0.4 g (9 gtt) (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)

 

Méthode : Faire chauffer les phases aqueuse et huileuse au bain-marie, puis faire prendre l'émulsion. (Voir le mode opératoire pour débutantes)

Verdict : la jolie couleur jaune est donnée par le curcuma (elle aurait été plus intense si je n'avais pas oublié l'extrait fluide de curcuma, mais bon bref….). La texture est très très douce, je la trouve très agréable ! Espérons qu'elle fera du bien à Béatrice !

jan 012011

C'est avec une très très grande joie que j'ai retrouvé récemment une de mes très chères amies de fac, Béatrice.

Béatrice souffre d'une maladie génétique : le syndrôme de Jadassohn-Lewandowsky, appelé également Pachyonychie congénitale de type 1.

Voici la définition de cette maladie, donnée sur Vulgaris-medical :

Maladie héréditaire transmise suivant le mode dominant (il suffit que l'un des deux parents présente l'anomalie génétique pour que l'enfant ait la maladie).
Ce syndrome (ensemble de symptômes) se rencontre chez le nouveau-né et chez l'enfant en bas âge, et se caractérise par une hyperkératose, c'est-à-dire une augmentation d'épaisseur de la couche de cellules constituant l'épiderme et contenant de la kératine. L'épiderme est la couche de cellules la plus superficielle de la peau.

Cette pathologie fait partie des kératodermies.

Au cours de la pachyonychie congénitale, on observe une kératinisation, autrement dit une transformation de la kératine et des couches superficielles de la peau (épiderme) ou de certaines muqueuses (couches de cellules recouvrant l'intérieur des organes creux en contact avec l'air) qui s'enrichissent progressivement de kératine.
Cette kératose est située sous les ongles, sur la plante des pieds et sur la paume des mains.
Elle apparaît sous la forme d'îlots associés à une hyperhidrose (transpiration excessive non liée à la chaleur ou à l'exercice physique).
Il existe d'autre part une kératose pilaire avec un état de sécheresse de la peau et de petites élévations de la couche cornée (de kératine), sèches, avec des leucokératoses (plaques blanches) au niveau de la langue.

C'est une maladie très handicapante, au sens propre, car les lésions de Béatrice sont très douloureuses, surtout au niveau des pieds, ce qui l'oblige à se déplacer en fauteuil roulant.

Je vous invite si vous souhaitez en savoir plus à visiter le site de l'association "Le coeur au pied", dédié au deux types de pachyonychie congénitale. Certaines photos sont un peu crues, je préfère vous prévenir…

Bref, lorsque nous avons renoué le contact, elle m'a dit qu'on lui avait beaucoup parlé d'une plante qui serait très efficace pour elle, et m'a demandé si je pouvais avoir le moyen de me procurer du "Mimosa Tenuiflora"… Si je peux m'en procurer ? J'en vends, c'est du tepezcohuite ! :mrgreen:

Elle a été d'accord pour que je fasse quelques essais de crèmes pour elle, dont voici la première, une base toute simple, 100 % tepezcohuite justement !

Elle m'avait signalé que ses crèmes doivent surtout n'être pas du tout occlusives, j'ai donc opté pour des formules contenant assez peu de phase huileuse… en espérant que ce soit quand même suffisament nourrissant.

 

Phase huileuse :

  • Macérât tepezcohuite/jojoba (25 %) : 15 g (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, calme la douleur, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, cicatrisant, régénérant, tenseur)
  • Olivem (7%) : 4.2 g (émulsifiant, émollient, hydratant)

Phase aqueuse :

  • Infusion de tepezcohuite (66.67 %) : 40 g (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, calme la douleur, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur)

Troisème phase :

  • Extrait fluide de tepezcohuite (1 %) : 0.6 g (18 gtt) (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, calme la douleur, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur)
  • Sorbate de potassium (0.30 %) : 0.18 g (anti-oxydant, conservateur fongicide)
  • Alcool de benzyle : (0.8 %) : 0.48 g (10 gtt) (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)

 

Méthode : Faire chauffer les phases aqueuse et huileuse au bain-marie, puis faire prendre l'émulsion. (Voir le mode opératoire pour débutantes)

 

 

Verdict : J'aime beaucoup la couleur, légèrement rosée. J'en ai fait un pot pour moi également, pour essayer de venir à bout de mes cicatrices d'acné. La crème n'est pas grasse du tout, elle mériterait même de l'être un petit peu plus pour les peaux normales et sèches. Pour moi, qui ai une peau mixte/grasse, elle est très bien ! Je l'utilise également sur les joues de mes filles, quand elles sont abîmées par le froid. J'attends avec impatience le retour de Béatrice…

oct 252009

A mon amie Elodie qui m’a rendu un grand service dernièrement, je voulais offrir un super pack de petits produits rien que pour elle.

Elle adore tous les produits cosmétiques, donc je ne prenais pas beaucoup de risques, mais j’ai surtout remarqué ces petits boutons sur ses bras ! Et c’est là que j’ai entendu parler pour la première fois de kératose pilaire. Un vrai défi en perspective !

« La kératose pilaire, assez fréquente, est caractérisée par des nappes de petites élevures dures centrées par un follicule pileux souvent localisées sur les bras. Elles sont responsables d’un aspect granuleux avec sensation de peau rugueuse.
Parfois, celle-ci peut être enflammée, rouge et évoluer vers de petites cicatrices. » (Source : Dermaptène)

Après m’être renseignée de droite et de gauche, y compris en étudiant les compositions de produits du commerce, j’ai préparé cette petite recette, en commençant par une version assez « light », c’est-à-dire sans huiles essentielles, et on verra déjà comme ça. si ça ne suffit pas, j’ai d’autres tour dans ma manche, héhéhé ;)

Gel d’aloe vera : 10 ml (réparateur, hydratant, purifiant, régénérant…)
glycérine : 2,5 ml  (émollient, humectant, adoucissant)
9,5 ml d’HA Camomille matricaire (anti-inflammatoire, apaisant, calmant)

Macérât calendula/olive : 5 ml (anti-inflammatoire, cicatrisant, aseptisant, adoucissant, apaisant, émollient)
HV de calophylle inophyle : 4 ml (cicatrisant, anti-infectieux, apaisant, régénérant)
HV de nigelle : 3 ml (cicatrisant, anti-infectieux, anti-histaminique, nourrissant, régénérant)
Squalane : 5 ml (assouplissant, adoucissant, protège de la déshydratation)
BK : 5 ml (protecteur, apaisant, cicatrisant, régénérant)
cire d’abeille : 2.5 g
Polawax : 2,5 g

Vitamine E : 8 gtt
allantoine : 0.25 g  (apaisant, hydratant, réparateur, régénérant, sébo-régulateur)
Lecithine de soja : 1,5 g (granulés mis à fondre 3 heures dans 5 ml d’HA lavande) (émulsifiant, nourrissant, assouplissant, hydratant)
Bisabolol : 25 gtt (apaisant, cicatrisant, anti-inflammatoire, adoucissant)
Propolis : 15 gouttes (antiseptique, anti-inflammatoire, cicatrisant)
Ecogard : 9 gouttes

DSC08041

Verdict : à voir avec l’utilisatrice !

Je pense que c’est une crème qui peut convenir globalement à tous les problèmes de peau sèche.

Mise en garde

Nos articles sont à but informatif, ils ont été renseignés par des sources précises et fiables, mais ils ne sauraient en aucun cas se substituer à un avis médical.
En cas d’interrogation ou de pathologie grave, consultez un professionnel de santé !
N'oubliez pas de lire également le billet sur l'utilisation des huiles essentielles.

Rendons à César…

C'est avec plaisir que nous mettons nos recettes à votre disposition. Parfois, nous nous sommes inspirées d'autres bloggeuses, que nous citons.
Si vous-même vous inspirez de l'une de nos recettes, merci de mettre dans votre article un lien vers "La cosméto de Maman" !