juil 132011

Je n'avais jamais fait de savon au sel…

Ka m'en a offert un et j'ai pu me rendre compte que :

1. Non, çà ne gratte/exfolie/pique pas ! :lol:

2. Oui, c'est vraiment très doux !

Du coup, lorsque je suis allée au printemps en vacances dans le Morbihan, je savais quoi rapporter ! De la fleur de sel du Morbihan, et de l'eau de mer récoltée par le père Dragon himself. J'ai ajouté du sel de Guérande (sans vouloir relancer le débat sur les frontières de la Bretagne hein…), parce qu'au prix de la fleur de sel euh pfffff…. 8O

Je n'ai pas voulu mettre de beurre de karité, comme je le fais la plupart du temps, je l'ai remplacé par du Saindoux, parce qu'il me semble qu'il y a plus de cochons en Bretagne que de Karité :lol: Et d'ailleurs, figurez-vous que j'ai entendu il y a quelques jours que justement, les conditions d'élevage des cochons sont tellement chiatiques, qu'en Armorique, il y a PLUS de cochons que d'habitants, imaginez la concentration :( Bref tout çà pour dire que çà m'a confortée dans mon ajout de Saindoux :)

J'en ai mis très peu quand même, car je voulais une trace très fine (comme d'hab…) donc on ne sait jamais hein…

Et j'ai également remplacé l'huile d'olive par de l'huile de colza, parce que, bah oui, toujours pareil, j'ai vu plus de champs de colza en Bretagne que de cocoteraies :lol: Et en plus, l'huile de colza est réputée pour ralentir la trace, tout ce qu'il me fallait !

Et bien sûr, comme musique d'ambiance : Tri Yann ! :)

  • HV de coco (40 %) : 320 g
  • Saindoux (5%) : 40 g
  • HV de ricin (10 %) : 80 g
  • HV de Colza (45%) : 360

Soude pour un surgraissage à 2 % : 121.49 g

Eau de mer du Morbihan en glaçons : 300 g (soit le poids maximum de liquide)

La proportion de soude dépend de l'huile utilisée et de la dilution de la lessive de soude, je vous la donne à  titre indicatif, vous devez impérativement recalculer votre dosage de soude ici.

Sugraissage à la trace (13 %, soit un surgraissage total de 15 %)

  • HV de Colza : 104 g
  • Sel de Guérande : 100 g
  • Fleur de sel du Morbihan : 60 g
  • Spiruline dans la moitié de la pâte

Ce que je voulais faire comme marbrage, c'est un marbrage in the pot + baguettes, comme pour le savon "RoseWood".

J'ai eu un petit souci, avec ma manie de toujours vouloir une trace fine, parce que j'ai complètement occulté le fait que, si on ne veut pas que le sel ne coule au fond, il ne faut pas une trace trop fine… Donc j'ai versé mon sel beaucoup trop tôt, et il a immédiatement coulé au fond… J'ai bien essayé de continuer à mélanger et mélanger encore, mais avec tous mes efforts pour avoir une trace lente (colza entre autre….), çà ne prenait pas… Bon bref, une fois n'est pas coutume, j'ai fini par aller chercher mon mixeur électrique, dont je ne me sers quasiment jamais, pour avoir enfin une trace plus épaisse qui empêche le sel de couler… Du coup je pense que le sel a été également pas mal mixé, mais finalement, c'est peut-être pas plus mal :)

Comme je savais que les savons au sel peuvent être un peu délicats à couper, je les ai fait dans mon dividor, pour ne pas avoir de problèmes de coupe. Et j'ai pu les démouler au bout d'à peine 12 heures déjà.

Je ne vous cache pas qu'au démoulage il dégageait une forte odeur de spiruline euh pffff… Ah çà oui, il sentait la mer….:lol: Mais çà s'est atténué depuis, ouf :twisted:

Je sais que la spiruline va se délaver avec le temps, j'avais eu le coup avec mon savon" Mint" et c'est tant mieux, c'est fait pour. Déjà entre le démoulage et les photos, çà a pas mal pâli.

Verdict : 4 mois au moins de cure pour ce savon, mais j'ai hâte de l'essayer ;) Et je pense que mes testeuses aussi ;) En tout cas, çà y est, moi aussi j'ai fait un savon au sel ! :)

juil 122011

Les beaux (et chauds :roll:) jours sont déjà revenus depuis un bail, et HAAAAN ! je n'avais pas prévu l'après-soleil des blondinettes ! 8O

Cette année il sera au cassis ! :)

(la recette est pour 100 g, donc les valeurs sont les mêmes en pourcentage…)

Phase aqueuse :

  • Jus d'aloe vera : 30 g (émollient, humectant, hydratant, apaisant, cicatrisant, astringent, anti-prurigineux, régénérant)
  • Gomme xanthane : 0,5 g
  • Infusion hibiscus/cassis : 30 g (émollient, adoucissant, anti-oxydant, anti-radicalaire, régénérant, apaisant) 
  • Mucilage de lin : 18 g (adoucissant, anti-oxydant, émollient, apaisant)

Phase huileuse :

  • HV pépin de cassis : 11 g (régénérante, hydratante)
  • Olivem : 3 g (émulsifiant, adapté aux peaux les plus sensibles, hypo-allergénique, apporte un toucher soyeux, émollient, hydratant)
  • Vitamine E : 0,5 g (à ajouter juste avant de mélanger à la phase aqueuse) (anti-oxydant puissant, anti-radicalaire, stimule la régénération cellulaire, assouplissant)

Troisième phase :

  • Extrait hydro-glycériné de cassis : 3 g (hydratant, humectant, émollient, adoucissant, assouplissant, protecteur, anti-oxydant, anti-radicalaire, régénérant, apaisant)
  • Vitamine C : 3 g (antioxydant, régulateur de pH, agent d'entretien de la peau, stimule la production de collagène, protège la peau des effets du soleil, apaisant)
  • Alcool de benzyle : 0.7 g (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)
  • Sorbate de potassium : 0.3 g (anti-oxydant, conservateur fongicide)

La méthode est classique, mais je vous conseille un ordre particulier, histoire de ne pas perdre de temps…

  • D'abord, bien sûr, de 10 à 14 jours à l'avance, l'extrait hydro-glycériné de cassis.
  • Puis, le jour de la préparation, le mucilage de lin : faire frémir pendant un quart d'heure 75 g d'eau et 2,5 g de graines de lin, et s'armer de patience pour filtrer…:twisted:
  • Egalement, avant de commencer, préparer une infusion corsée d'hibiscus et de cassis, et procéder tout de suite au mélange avec la gomme xanthane, pour laisser le temps au gel de se former de façon uniforme…
  • Je vous suggère également de préparer dès le début la troisième phase, pour que les poudres et granulés aient le temps de se dissoudre…

   Méthode : Faire chauffer les phases aqueuse et huileuse au bain-marie, puis faire prendre l'émulsion. (Voir le mode opératoire pour débutantes).

Personnellement, pour ne pas faire trop chauffer l'aloe vera, je l'ai ajouté tout au début de la troisième phase.

Verdict :

Je regrette vraiment de ne pas avoir pris de photos pendant la préparation, si vous aviez vu la couleur du gel cassis-hibiscus ! Un coulis de fruits rouges, j'en aurais mangé ! Et l'extrait glycériné de cassis !! Bon bref, malheureusement, mélangé au reste, il n'est resté qu'un léger coloris rosé… C'est pas grave :)

En tout cas, j'adore la texture, plus gélifiée que mes laits habituels à l'olivem, grâce au mucilage de lin ! Je l'aime beaucoup et les principales intéressées aussi, c'est très frais et super agréable ! Et, je cite, "elle ne sent pas le liquide vaisselle", ce qui semble être un sacré compliment (?! :lol:) Bien sûr, ce n'est pas réservé aux retours de plage, mais à n'importe quel moment pour hydrater la peau de croco et faire peau douce ;)

J'avais prévu un peu trop de mucilage, je l'ai mis de côté, il va me servir lui ;)

 

jan 112011

Lorsque je suis allée participer à un atelier très spécial chez Ka Fée, j'ai eu l'occasion pour la première fois de m'essayer à la soude en perles… Moi qui tenais beaucoup à ma sacro-sainte lessive de soude, çà a été un gros effort, mais j'ai été encouragée par tout le monde alors….:roll:

Eh bah vous savez quoi ? Même pas mal ! :lol:

Je ne voyais pas vraiment l'intérêt de la soude en perles, mais maintenant je l'ai compris. Il est double : il permet d'utiliser autre chose que de l'eau comme diluant de la soude, et il permet également de réduire le liquide de dilution de la soude, afin de pouvoir faire davantage d'ajouts plus ou moins fantaisistes :lol: (genre de l'oeuf ou du lait de pistache, chez Ka…)

Il fallait donc maintenant que j'essaye toute seule comme une grande, y a pas de raison ! ;)

Même si j'ai bien saisi l'intérêt de faire soi-même sa lessive de soude, je me vois mal le faire, pour simplement mélange la quantité moyenne de soude, avec de l'eau toute simple. Je garderai donc ma lessive de soude toute prête quand je ne voudrais pas faire d'"effets" d'ajouts particuliers, c'est-à-dire pour les savons principalement graphiques ;)

Donc, il me fallait une "bonne" raison de m'essayer à la soude en perles… Je l'ai trouvée en feuilletant le livre de Michèle "Mes savons naturels faits maison" (que je vous recommande, pas seulement parce que Dans Ma nature y est cité comme fournisseur:lol:, mais parce que c'est un livre agréable à lire, avec de jolies photos, et des recettes qui sont à la fois "basiques" et qui peuvent ausis donner des idées !)…

J'utilise de l'amidon de riz pour adoucir l'eau du bain de mes filles… Ce sera donc un savon au riz !

La soude sera diluée avec l'eau de cuisson du riz, riche en amidon (anti-radicalaire et très adoucissant)

Et j'ajouterai de la purée de riz, ainsi qu'un surgraissage à l'huile de son de riz (émolliente, très nourrissante, améliore la micro-circulation et le métabolisme cellulaire, prévient le vieillissement cutané, sébo-régulatrice).

Hop, c'est parti :)

Eau de cuisson du riz congelée en glaçons (minimum d'eau requis) : 125 g

Soude (surgraissage à 2 %) : 72.53 g

La proportion de soude dépend de l'huile utilisée et de la dilution de la lessive de soude, je vous la donne à  titre indicatif, vous devez impérativement recalculer votre dosage de soude ici.

Sugraissage à la trace (8 %, soit un surgraissage total de 10 %)

Comme je voulais en offrir dès le lendemain, pour les pauvres petites joues fragiles de Martin, j'en ai fait une partie en ITMHP (2h30 à 60°), et une partie dans mon tout nouveau dividor reçu par le Père Nono (Merci père Nono !! :mrgreen:)

 Vous pouvez voir sur la photo la différence de couleur entre ceux faits au four (à droite) et ceux en cure "à froid" (faits dans mon dividor :mrgreen:).

Verdict : je l'aime ! Il est très doux, je l'adore ! :mrgreen: J'ai déjà des tas d'autres idées en tête avec la soude en perle :lol: Je suis très très fière de c'e savon, pourtant tout simple :wink:

jan 012011

C'est avec une très très grande joie que j'ai retrouvé récemment une de mes très chères amies de fac, Béatrice.

Béatrice souffre d'une maladie génétique : le syndrôme de Jadassohn-Lewandowsky, appelé également Pachyonychie congénitale de type 1.

Voici la définition de cette maladie, donnée sur Vulgaris-medical :

Maladie héréditaire transmise suivant le mode dominant (il suffit que l'un des deux parents présente l'anomalie génétique pour que l'enfant ait la maladie).
Ce syndrome (ensemble de symptômes) se rencontre chez le nouveau-né et chez l'enfant en bas âge, et se caractérise par une hyperkératose, c'est-à-dire une augmentation d'épaisseur de la couche de cellules constituant l'épiderme et contenant de la kératine. L'épiderme est la couche de cellules la plus superficielle de la peau.

Cette pathologie fait partie des kératodermies.

Au cours de la pachyonychie congénitale, on observe une kératinisation, autrement dit une transformation de la kératine et des couches superficielles de la peau (épiderme) ou de certaines muqueuses (couches de cellules recouvrant l'intérieur des organes creux en contact avec l'air) qui s'enrichissent progressivement de kératine.
Cette kératose est située sous les ongles, sur la plante des pieds et sur la paume des mains.
Elle apparaît sous la forme d'îlots associés à une hyperhidrose (transpiration excessive non liée à la chaleur ou à l'exercice physique).
Il existe d'autre part une kératose pilaire avec un état de sécheresse de la peau et de petites élévations de la couche cornée (de kératine), sèches, avec des leucokératoses (plaques blanches) au niveau de la langue.

C'est une maladie très handicapante, au sens propre, car les lésions de Béatrice sont très douloureuses, surtout au niveau des pieds, ce qui l'oblige à se déplacer en fauteuil roulant.

Je vous invite si vous souhaitez en savoir plus à visiter le site de l'association "Le coeur au pied", dédié au deux types de pachyonychie congénitale. Certaines photos sont un peu crues, je préfère vous prévenir…

Bref, lorsque nous avons renoué le contact, elle m'a dit qu'on lui avait beaucoup parlé d'une plante qui serait très efficace pour elle, et m'a demandé si je pouvais avoir le moyen de me procurer du "Mimosa Tenuiflora"… Si je peux m'en procurer ? J'en vends, c'est du tepezcohuite ! :mrgreen:

Elle a été d'accord pour que je fasse quelques essais de crèmes pour elle, dont voici la première, une base toute simple, 100 % tepezcohuite justement !

Elle m'avait signalé que ses crèmes doivent surtout n'être pas du tout occlusives, j'ai donc opté pour des formules contenant assez peu de phase huileuse… en espérant que ce soit quand même suffisament nourrissant.

 

Phase huileuse :

  • Macérât tepezcohuite/jojoba (25 %) : 15 g (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, calme la douleur, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, cicatrisant, régénérant, tenseur)
  • Olivem (7%) : 4.2 g (émulsifiant, émollient, hydratant)

Phase aqueuse :

  • Infusion de tepezcohuite (66.67 %) : 40 g (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, calme la douleur, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur)

Troisème phase :

  • Extrait fluide de tepezcohuite (1 %) : 0.6 g (18 gtt) (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, calme la douleur, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur)
  • Sorbate de potassium (0.30 %) : 0.18 g (anti-oxydant, conservateur fongicide)
  • Alcool de benzyle : (0.8 %) : 0.48 g (10 gtt) (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)

 

Méthode : Faire chauffer les phases aqueuse et huileuse au bain-marie, puis faire prendre l'émulsion. (Voir le mode opératoire pour débutantes)

 

 

Verdict : J'aime beaucoup la couleur, légèrement rosée. J'en ai fait un pot pour moi également, pour essayer de venir à bout de mes cicatrices d'acné. La crème n'est pas grasse du tout, elle mériterait même de l'être un petit peu plus pour les peaux normales et sèches. Pour moi, qui ai une peau mixte/grasse, elle est très bien ! Je l'utilise également sur les joues de mes filles, quand elles sont abîmées par le froid. J'attends avec impatience le retour de Béatrice…

nov 302010

Laëticia m'avait offert cette été un cérat à la rose qui m'a beaucoup plu ! Comme je n'avais jamais tenté de faire un cérat (et oui !!!), j'ai "copié" sa recette en l'adaptant, pour la peau sèche de ma copine Elodie, pour les petits Martin et Arnaud, et pour le swap "C'est la rentrée" auquel j'ai participé.

En voici la recette :

 

Phase huileuse :

Phase aqueuse :

Troisème phase :

  • Vitamine E : 15 gtt (anti-oxydant puissant, anti-radicalaire, stimule la régénération cellulaire, assouplissant)
  • Amidon de tapioca : 1 càc (absorbant, fixateur d'odeur)
  • Alcool de benzyle : 15 gtt (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)
  • Sorbate de potassium : 0.2 g (anti-oxydant, conservateur fongicide)

 

Méthode : Faire chauffer les phases aqueuse et huileuse au bain-marie, puis faire prendre l'émulsion. (Voir le mode opératoire pour débutantes).

Le secret de la réussite du cérat c'est de le mélanger sans discontinuer, jusqu'à complet refroidissement. Cà a l'air "évident" comme çà, mais si vous coup férissez avant complet refroidissement, vous allez vous en mordre les doigts :mrgreen:

Une fois bien appliquée cette consigne, finalement, ce n'est pas si difficile !

 

Verdict : une texture très nourrissante et épaisse, mais pas trop grasse grâce à l'amidon de tapioca. Personnellement, je l'utilise tous les soirs sur les mains avec un franc succès ! J'attends tout de même le retour des mes testeuses et testeurs ;)

août 182010

Avant nos vacances à la Réunion, où nous avons passé un mois, un peu en "pélerinage", puisque nos filles y sont nées (des vraies petites créoles ! :lol:), j'ai voulu leur préparer un savon très doux, qui contiennent des actifs anti-moustiques… Et oui le chikungunya est de retour :?

Même si, bon, j'ai quand même de sérieux doutes sur son action, étant donné qu'il se rince, mais bon, enfin bref c'était l'occasion de faire du savon, quoi :mrgreen:

 

  • Macérât (à chaud) Neem-mélisse/olive : 250 g (neem et mélisse contre les insectes) 
  • HV de coco : 100 g
  • Beurre de Karité : 100 g
  • HV de ricin : 50 g

Lessive de soude (30,5 %) pour un surgraissage de 2 % : 229,78 g

Sugraissage à la trace (7%, soit un surgraissage total de 9 %)

  • Macérât (à chaud) Neem-mélisse/olive  : 35 g
  • Décoction mélisse/neem : 27 g
  • HE lavande : 15 ml
  • Mica violet : 2 càc

La proportion de soude dépend de l'huile utilisée et de la dilution de la lessive de soude, je vous la donne à titre indicatif, vous devez impérativement recalculer votre dosage de soude ici.

C'était la première fois que j'utilisais du mica dans un savon, et curieusement, il a viré de couleur seulement au moment des ajouts…:?: et a aussi un peu pâli avec la cure, mais bon çà, hein…

J'avais envie d'avoir de très grosses parts de savon, un peu comme le savon de Marseille traditionnel (mais bon, pas des cubes de 500 g non plus hein…:lol:), j'ai donc finalement eu peu de savons, seulement 4 au total, mais bien gros.

Et j'en ai profité pour tester mon tampon à batik, acheté chez Peter and Clo, en même temps que d'autres tampons que vous découvrirez plus tard…. :wink:

 

Verdict : Je suis plutôt satisfaite de mon savon, il est très doux, et j'ai même laissé le reste à mon beau-frère de la Réunion, car il a aimé se laver avec sans voir la peau "tirer" après :) L'odeur de lavande est bien là (je ne pense pas qu'il reste vraiment de l'odeur de la mélisse et du neem…), la couleur, bon, oui, a un peu pâli, pour donner une espèce de vieux rose foncé qui est très sympa finalement et qui va bien avec le savon, probablement mieux que s'il était resté violet :) Quant au côté "anti-moustique", difficile à dire, mais de toutes façons je n'y croyais pas trop alors….. ;) Mais en tout cas, je garde la formule très enrichie de beurre de karité, parce que c'est vraiment très agréable sur la peau ! 

 

fév 072010

Les joues de Martin "sèchent" quand il fait froid, mais il ne supporte pas le D*x*ryl, parce que "çà pique !"

Julie m'a donc demandé une crème spéciale pour ses petites joues, voici don la crème "Kipikpa" ! :lol:

J'en ai profité pour faire en fait une version plus nourrissante de la Crème Douceur Avoine-Guimauve, avec une phase huileuse plus importante et davantage d'Olivem.

 

Préparer avait toute chose le lait avoine-guimauve : laisser infuser à feu doux pendant 10 minutes 1 cuillère à soupe de flocons d'avoine et 1 cuillère à soupe de racine de guimauve dans 100 ml d'eau. Filtrer soigneusement et prélever 60 ml

 

Phase huileuse :

  • Macérat tepezcohuite/jojoba : 8 ml (humectant, nourrissant, calmant, cicatrisant, régénérant, antiseptique, revitalisant, cicatrisant, restaurateur)
  • Macérât camomille matricaire/jojoba : 8 ml (humectant, nourrissant, calmant, cicatrisant, régénérant, anti-inflammatoire)
  • Macérât calendula/olive : 8 ml (anti-inflammatoire puissante, cicatrisant, aseptisant, reconstituant, revitalisant, adoucissant, apaisant, antioxydant, anti-radicalaire,émollient, nourrissant, humectant, calmant)
  • Huile de kukui : 6 ml (calmant, apaisant, anti-prurigineux)
  • Olivem : 8 g (hydratant)

 

Phase aqueuse :

  • Lait d'avoine + guimauve : 60 ml (émollient, apaisant, adoucissant, anti-inflammatoire, cicatrisant, antiprurigineux, régénérant, purifiant)

 

Troisième phase :

  • Vitamine E : 10 gouttes
  • Ecoguard : 20 gouttes
  • Miel : 1 ml (cicatrisant, anti-inflammatoire, anti-bactérien)
  • EA vanille 15 gt

 

Méthode : Faire chauffer les phases aqueuse et huileuse au bain-marie, puis faire prendre l'émulsion. (Voir le mode opératoire pour débutantes)

 

  

 

Verdict : j'en ai gardé un pot pour nous… La texture est surprenante, riche et assez compacte, mais toujours très douce. En tout cas le père Dragon l'a adoptée pour son visage en remplacement de la crème gourmande ! Et moi, adoptée pour mes mains !

jan 282010

Ca fait bien longtemps que j'ai vu sur des blogs des recettes utilisant du lait d'avoine fait maison…

Comme j'utilise les flocons d'avoine avec succès dans le bain de mes filles, je me suis enfin lancée dans cette aventure !

Voici donc ma petite crème toute douce à l'avoine… et à la guimauve, car qui peut le plus peut le moins hein ;)

 

Il faut avant toute chose préparer un lait d'avoine-guimauve en laissant  frémir à feu doux pendant 10 minutes 1 cuillère à soupe de flocons d'avoine et 1 cuillère à soupe de racine de guimauve dans 100 ml d'eau. Filtrer soigneusement et prélever 70 ml. Le résultat est une espèce de gel assez liquide.

 

Phase aqueuse :

  • Lait d'avoine-guimauve : 70 ml (émollient, apaisant, adoucissant, anti-inflammatoire, cicatrisant, antiprurigineux, régénérant, purifiant)

Phase huileuse :

  • Macérat de tepezcohuite/jojoba : 10 ml (humectant, nourrissant, calmant, cicatrisant, régénérant, antiseptique, revitalisant, cicatrisant, restaurateur)
  • Macérât de camomille matricaire/jojoba : 12 ml (humectant, nourrissant, calmant, cicatrisant, régénérant, anti-inflammatoire)
  • Olivem : 4 g (émulsifiant émollient et hydratant)
  • Vitamine E : 10 gouttes

3ème phase :

  • Ecogard : 20 gtt
  • Miel liquide : 1 ml (cicatrisant, anti-inflammatoire, anti-bactérien)
  • Ea de vanille (facultatif) : 15 gtt

 

Méthode : Faire chauffer les phases aqueuse et huileuse au bain-marie, puis faire prendre l'émulsion. (Voir le mode opératoire pour débutantes)

 


Verdict : c'est une crème infiniment douce, qui laisse la peau comme de la soie ! Je n'ai jamais eu une crème aussi douce, à vrai dire… Elle n'est pas grasse du tout, très légère, légèrement gélifiée . Elle méritera certainement une version 2 avec une phase huileuse plus importante, pour être encore plus nourrissante ! En tout cas, je suis loin d'en avoir fini avec le lait d'avoine maison ! ARCHI VALIDÉ, je l'adore ! :P

août 092009

 

Et enfin, encore pour ma soeur, avant qu'elle rentre chez elle, une petite crème, pour soigner son eczéma (de type "bullose").

bulle

J'ai fait une sorte de mélange entre la crème contre les piqûres d'insectes de Gabrielle (que j'ai testée avec succès sur l'eczéma de ma soeur, avant de lui faire sa crème perso !), et sa crème contre l'eczéma, mais en ajoutant les HE essentielles interdites pour les petites filles ! ;)

HA de menthe : 2 ml (apaise les démangeaisons et purifie)
HA de camomille allemande : 2 ml (anti-inflammatoire, apaisant, anti-allergique)
HA d'Hélychrise italienne : 2 ml (apaisant, cicatrisant, anti-inflammatoire)
HA de tea-tree : 1,5 ml (antiseptique et antiviral)
Gel d'aloe vera : 2,25 ml  (cicatrisant, apaisant, purifiant)

HV de calendula : 2 ml (anti-inflammatoire, apaisant, cicatrisant, purifiant)
HV de nigelle : 2 ml (anti-histaminique, calmant, cicatrisant, anti-infectieux)
HV Calophylle : 2 ml (anti-inflammatoire, cicatrisant, anti-infectieux)
HV Framboise : 1,5 ml (anti-inflammatoire, apaisant, cicatrisant)
BK : 4 g (apaisant, cicatrisant)
Cire n°2 : 1,5 g
Cire d'abeille : 0,75 g


Geogard : 2 gtt
Vitamine E : 3 gtt
Allantoïne : 0,07 g
(apaisant, cicatrisant)
CO2 de calendula : 0,02 g (anti-inflammatoire, cicatrisant, adoucissant)
Bisabolol : 6 gtt (apaisant, cicatrisant, anti-inflammatoire)
Poudre de miel : 0,12 g (apaisant, cicatrisant, anti-inflammatoire)
Oxyde de zinc : 0,5 g (fongicide, antiseptique)

10 gtt d'HE de Camomille allemande (anti-inflammatoire, anti-allergique, anti-prurigineuse)
20 gtt d'HE de Lavande vraie (cicatrisante, antalgique)
20 gtt d'HE de Géranium (anti-inflammatoire, cicatrisante)
20 gtt d'HE de Palmarosa (anti-bactérien, anti-fongique, anti-viral, hydratant et cicatrisant)


Verdict : à venir…
"Malheureusement" (si je puis dire !…) les "bubulles" avaient diminué, juste comme j'ai fait ma crème… peut-être qu'elle n'aura pas l'occasion de la tester avant sa péremption ! zut ! ;)
En tout cas je regrette drôlement de ne pas avoir eu le temps de prendre une photo avant l'embarquement, parce qu'avec l'HE de camomille allemande, ça donnait une jolie couleur verte, comme de la crème à la pistache !!

déc 292008

 

Gabrielle (toujours elle !) a deux plaques d'eczéma, une sur le genou et une sur la cheville. Je suis venue à bout de celle de la cheville avec tout simplement du pshit bobo, mais celle du genou me donne du fil à retordre.
J'ai donc décidé de lui faire une crème plus spécifique.
C'est une crème spéciale pour ma fille de 4 ans et demi, c'est la raison pour laquelle la seule huile essentielle est celle de lavande, mais évidemment, pour un soin pour adulte, on peut ajouter d'autres HE efficaces contre l'eczéma !

1.5 ml de macérât de calendula
1.5 ml d'HV de calophylle
1.5 ml d'HV de framboise
0.75 g de Cire VE

5 ml de gel d'AV
2 ml d'HA de camomille romaine
2 ml d'HA d'hélychrise
0.75 g de Cire MF

oxyde de zinc : 0.75 g
lait de jument : 0.3 g
HE lavande : 2 gouttes
vit. E : 2 gouttes
Ecoguard : 2 gouttes
bisabolol : 4 gouttes

DSC05336

Verdict : l'apparence est très riche et épaisse. Niveau odeur, il faut aimer l'hélychrise, une fois de plus, mais bon, c'est tellement efficace ! ;)
Pour ce qui est de l'efficacité, Gabrielle est en vacances chez Mamie jusqu'à demain soir, mais dès qu'elle rentre, on attaque ! ;)

compatiblerazmoket

EDIT le 02/01/09 : A peine trois jours d'utilisation, à raison de 2 applications par jour, et je commence à avoir du mal à trouver la plaque, car on ne la voit quasiment plus ! Dans un  jour ou 2, je pense que ce ne sera plus qu'un mauvais souvenir ! YOUPI ! Recette validée et approuvée ;) [NB : pour un adulte, on peut ajouter d'autres HE contre l'eczéma, ce qui ajoutera encore à l'efficacité !]

Mise en garde

Nos articles sont à but informatif, ils ont été renseignés par des sources précises et fiables, mais ils ne sauraient en aucun cas se substituer à un avis médical.
En cas d’interrogation ou de pathologie grave, consultez un professionnel de santé !
N'oubliez pas de lire également le billet sur l'utilisation des huiles essentielles.

Rendons à César…

C'est avec plaisir que nous mettons nos recettes à votre disposition. Parfois, nous nous sommes inspirées d'autres bloggeuses, que nous citons.
Si vous-même vous inspirez de l'une de nos recettes, merci de mettre dans votre article un lien vers "La cosméto de Maman" !