jan 072011

Félicitations à p'tite pomme, qui a été la première à trouver la réponse à ma petite devinette !

Il s'agit bien d'une teinture-mère de truffe noire (Tuber melanosporum) :mrgreen:

Le père Dragon et Gabrielle ont eu chacun une truffe pour Noël. Une grosse pour papa et une petite pour Gabrielle. (Je vous dispense des blagounettes à base de grosse truffe hein….:D)

Moi je n'aime pas çà, mais j'avais lu il y a quelque temps un article sur une gamme de produits cosmétiques à base d'extrait de truffe…(Impossible de me souvenir où, je me demande si çà n'était pas dans "Plantes et Santé"…) J'ai fait les yeux doux au père Dragon, pour qu'il me cède 7.7 g de truffe que j'ai mise à macérer dans 26.8 g d'eau et 50 g d'alcool à 90°, pour obtenir une teinture-mère, qui sera probablement réduite en extrait fluide avant utilisation.

Mais pourquoi donc la truffe ?

Voici le fruit de mes recherches, je vous vois trépigner :lol:

 

En 2006, une entreprise italienne, Dafla Skincare Institute, a développé la première ligne de cosmétiques à base de truffe (noire et blanche), visant à ralentir le vieillissement cutané.

La truffe noire contient un mélange d'acides aminés et de peptides qui agiraient comme un "botox naturel" et combattraient les rides. Le responsable du laboratoire Dafla ajoute que son produit permet aussi de réduire de 60% en un mois la taille d’une tache causée par l’âge, les hormones ou le soleil.

«Ce luxueux ingrédient gourmand n’avait pas encore été utilisé en cosmétologie, explique le Dr Antichi. Depuis 1996, nous effectuons des recherches sur le sujet. Nous avons essentiellement découvert qu’il active la formation de fibres de collagène, redonne de l’élasticité à la peau, atténue les rides et procure un effet liftant

Le concept a fait quelques petits depuis, je vous laisse consulter l'ami Google…

La truffe aurait donc un effet anti-âge. OK. Mais ce n'est pas tout !

 

Acorelle a développé (et breveté !) des soins à partir de truffe noire, pour ralentir la pousse des poils

"La gamme de soins Essentiel Epil TM réduit visiblement la densité pileuse (nombre de poils, épaisseur, longueur), permet un ralentissement significatif de la repousse du poil, et agit sur la qualité de la peau (visiblement plus douce, plus souple et mieux hydratée*)."

J'ai trouvé une discussion indignée sur le forum de "La passion de la truffe" (si si !! mdr ) :lol: L'un des membres a écrit à Acorelle pour leur faire part de son scepticisme (c'est peu dire…).

Voici un extrait de la réponse :

"Il a été démontré que l’actif inhibiteur de pilosité agit sur la différentiation des cellules souches de la peau (mises en évidence par le Professeur Yann Barrandon). Ces cellules souches donneront préférentiellement de la peau plutôt que des poils (tests cliniques in vitro dans le Laboratoire Quant’Image : 1er test d’efficacité sur l’actif Truffe noire. Ainsi qu’une étude ex vivo sur explants cutanés Laboratoire BIO-EC : les cellules souches participent au renouvellement de la peau plutôt qu’à celui des poils)"

Un brevet a même été déposé montrant que l’action inhibitrice de la truffe, lorsqu’elle est associée à des enzymes protélolytiques (comme la bromélaine), est aussi bien valable après rasage qu’après épilation.

Une étude de satisfaction sur un panel de 60 personnes confirme ces résultats."

Voici également un extrait de l'article de Mademoiselle Bio sur le sujet :

"Lors d’une agression comme l'épilation ou le rasage, le processus de régénération des cellules est immédiatement mis en place. Une même cellule pourra devenir un poil, de la peau ou du sébum. L’actif de truffe permet de détourner les cellules produisant initialement du poil au profit de cellules de peau. La formation des poils est donc ralentie; et la peau, constituée de plus de cellules, est plus douce, plus belle et plus souple.

Le follicule pileux est le siège d’un réservoir de cellules souches non différenciées. Celles-ci ont la possibilité de former à la fois des cellules de l’épiderme, des cellules de la glande sébacée et encore celles à l’origine de la formation des poils. C’est la migration de la cellule souche, au moment de sa régénération, qui détermine le type de cellule en devenir: si la cellule ne migre pas, elle fait du sébum; si elle migre vers le bas, elle fait du poil et si elle migre vers le haut, elle fait de la peau.

Le rasage ou l’épilation décolle puis arrache un morceau de la partie basse de la gaine épithéliale qui contient le poil. Les cellules souches migrent alors vers le bas ce qui engendre la régénération d’un nouveau poil.

L’actif de Truffe permet une altération plus importante de la gaine épithéliale au niveau de sa partie haute. La cellule migre alors vers le haut et est régénérée en une cellule épidermique. Non seulement le poil est régénéré plus lentement, mais une belle peau a été formée sous l’influence de l’actif.

Les tests d’efficacité ont été effectués sur 13 personnes (note de moi : euh 13 personnes, est-ce bien sérieux ??….:lol: ) avec une pilosité dense.
On observe:

- Après une épilation:
une diminution de 65% de la densité des poils
une diminution de 39% de la longueur du poil

- Après 2 épilations:
une diminution de 82% de la densité des poils
une diminution de 52% de la longueur du poil

Afin que la réaction de la truffe se fasse de façon plus rapide, Acorelle a associé l’actif de Truffe noire à des enzymes protéolytiques, un activateur naturel. Ceci permet une meilleure efficacité de l’actif.

Les inhibiteurs de pilosité de la gamme Acorelle ont été testés sur 60 volontaires.

L’application du produit chaque jour après leur épilation, permet d’observer un pourcentage de satisfaction de l’efficacé anti-repousse de:

- 82% après 1 mois d’utilisation (1 cycle de repousse)
– 84% après 2 cycles de repousse

La satisfaction de la qualité cosmétique globale (hydratation et bien-être d’utilisation) est de:

- 90% après 1 mois d’utilisation
– 95% après 2 mois d’utilisation"

 

Voilà, vous savez tout ! ;)

J'ai choisi de faire une teinture-mère, dans un souci de conservation (c'est un champignon tout de même…). Du coup, je la ferai probablement réduire avant de l'utiliser, vous l'aurez compris, pour ses propriétés anti-âge et anti-poils !

 Bien sûr je vous tiendrai au courant, ainsi que p'tite pomme j'espère, puisqu'elle a gagné un pot de test :lol:

Dommage que personne n'aime le caviar chez nous, parce qu'apparemment, y a pas mal d'autres expériences de ce style à mener :mrgreen:


 (Sources : Relay, SeniorActu.com, Canoe.ca, Acorelle, La passion de la truffe, Mademoiselle Bio)

 

(mais bon…..:lol:)

jan 062011

Dans mes expériences saugrenues, voici une petite devinette :

Mais quelle est donc cette macération très étrange ? :lol:

La première qui trouve gagne…euh… disons un pot crème contenant cette teinture-mère ? (Enfin si tout se passe bien hein !! :oops:)

(les participations sur facebook ne comptent pas… tout le monde n'est pas sur facebook !)

A vos claviers, n'hésitez pas à penser à tout :mrgreen:

(à condition de réduire la teinture-mère pour en faire baisser le degré d'alcool)

oct 082010

J'ai eu la chance de pouvoir rapporter de la Réunion des rhizomes frais de curcuma, cueillis par Laëticia et par ma grande soeur !

Le curcuma est une épice omniprésente dans la cuisine réunionnaise (miam…), mais ce n'est pas tout…

Il est également un anti-oxydant (il serait plus actif que la vitamine E), anti-inflammatoire et anti-bactérien très puissant.

J'ai décidé d'en faire 3 macérations différentes, qui me serviront en remplacement de la vitamine E comme anti-oxydant, mais également dans les affections cutanées inflammatoires. J'aimerais l'essayer également contre les troubles digestifs… Bref presque une panacée ! :mrgreen:

 

Teinture-mère :

  • Curcuma : 10 g
  • Alcool à 90° non modifié : 94 g
  • Eau : 6.16 g

Extrait hydro-alco-glycériné :

  • Curcuma : 5 g
  • Glycérine : 25 g
  • Alcool à 90° non modifié : 7.5 g
  • Eau : 17.5 ml
  • alcool de benzyle : 6 gtt

Extrait hydro-glycériné :

  • Curcuma : 15 g
  • Glycérine : 36 g
  • Eau : 24 g
  • alcool de benzyle : 8 gtt

 

 

juin 032010

Lorsque j'étais enceinte, à la Réunion, je me goinfrais de Pitaya (appelées également "fruits du dragon"). Il en existe des roses et des blanches, mes préférées sont les roses, et en plus elles sont aussi bonnes que belles !

Comme c'était la pleine saison, et que ma soeur a eu la bonne idée d'en avoir dans son jardin, elle a fait l'expérience de m'en envoyer par la Poste ! Voici à quoi ça ressemble :

Quand j'ai publié ça sur Facebook, Fabienne m'a tout de suite dit "un extrait glycériné !".

Mais oui, tiens, quelle bonne idée ! Bon, j'ai quand même commencé par les manger hein ;) Et j'en ai gardé un tout petit peu :

  • 1 càs de pitaya rose
  • 2 càs d'alcool à 90°
  • 2 càs d'eau
  • 2 càs de glycérine

Je l'ai laissé macérer plus de 10 jours, mais c'était inutile, au bout d'à peine 24 heures il avait déjà sa couleur définitive :

 Après quelques heures minutes de macération :

Après filtrage :

 

Je ne sais pas encore ce que je vais en faire, mais je vais bien réfléchir à ne pas le gaspiller, car la saison est finie pour cette année ! ;)

mai 282010

De la même façon que je l'avais fait pour les teintures, voici un petit mode d'emploi pour faire vous-mêmes vos extraits glycérinés !

Ils sont à utiliser en 3ème phase, comme actifs, à hauteur de 10% maximum.

EXTRAIT HYDRO-GLYCERINE 
 

  • Plante séchée réduite en poudre : 5 g
  • Glycérine végétale : 12 ml
  • Eau distillée : 8 ml

 

Stérilisez vos contenant et ustensiles en les faisant bouillir et/ou en les passant à l'alcool.

Réduisez la plante séchée en poudre et placez-la dans un récipient pouvant être correctement fermé.

Mélangez l'eau et la glycérine, puis versez sur les plantes. Remuez jusqu'à ce que toutes les plantes soient humides.

Fermez le contenant et secouez-le.

Laissez macérer 14 jours à l'abri de la lumière, en secouant quotidiennement, puis filtrez et conservez dans un contenant adpaté, stocké à l'abri de la lumière et de la chaleur, idéalement au réfrigérateur.
Pour améliorer la conservation de votre extrait, vous pouvez y ajouter un conservateur.

Les extraits hydro-glycérinés permettent d'extraire principalement les composants suivants : sucres, enzymes, glucosides, composés amers, saponines et tanins.

EXTRAIT HYDRO-ALCO-GLYCERINE

  • Plante séchée réduite en poudre : 5 g
  • Glycérine végétale : 25 ml
    Alcool à 90° (NON DENATURE) : 7.5 ml
  • Eau distillée : 17.5 ml

Stérilisez vos contenant et ustensiles en les faisant bouillir et/ou en les passant à l'alcool.

Réduisez la plante séchée en poudre et placez-la dans un récipient pouvant être correctement fermé.

Mélangez l'eau, l'alcool et la glycérine, puis versez sur les plantes. Remuez jusqu'à ce que toutes les plantes soient humides.

Fermez le contenant et secouez-le.

Laissez macérer 14 jours à l'abri de la lumière, en secouant quotidiennement, puis filtrez et conservez dans un contenant adpaté, stocké à l'abri de la lumière et de la chaleur, idéalement au réfrigérateur.
Pour améliorer la conservation de votre extrait, vous pouvez y ajouter un conservateur.

Les extraits alcoolisés (y compris les teintures alcooliques) permettent d'extraire principalement les composants suivants : certains alkaloïdes, glycosides, huiles volatiles, cires, résines, graisses, certains tanins, baumes, sucres et vitamines.

 

(Sources : The herbal medicine-makers' handbook : a home manual de Jame Green, Innvista , Herbal Preparations and Natural Therapies" de Debra St. Claire )

sept 152009

 

Oui, depuis quelques temps je n'ai pas beaucoup posté, c'est parce que j'étais très concentrée sur la rédaction de ce billet !

Ca fait des semaines que je me renseigne sur les macérations alcoolisées, ça aurait été dommage de ne pas vous faire partager le fruit de mes recherches ! Alors c'est parti !

_____________________

Il existe plusieurs sortes de macérâts alcoolisés :

- teinture ou alcoolé (si la plante est sèche)

- teinture-mère ou alcoolature (si la plante est fraîche)

- alcoolat : teinture ou alcoolature distillée après macération.

Les teintures et teintures-mères permettent d'extraire énormément des actifs des plantes. Elles sont très souvent utilisées (surtout les teintures mères) en homéopathie, en usage interne.

J'ai décidé de me focaliser sur les teintures, car elles sont les plus simples à réaliser et à conserver.

_____________________


Les teintures sont bien plus efficaces que les infusions ou les décoctions, et peuvent se conserver pendant deux ans au moins.

 

Quelle proportion ?

La proportion plantes/alcool préconisée par la pharmacopée est de 1/5, soit 1 part de plantes pour 5 parts d'alcool (pour info : 1/10 pour les teintures mères). Quelques exceptions cependant avec une préparation à 1/10 (safran, vanille, l'aconit, belladone, datura, jusquiame, muguet, lobélie,….

Afin d'en extraire plus efficacement les principes actifs, il est recommandé de diviser la plante (appelée "drogue"), en la réduisant en morceaux, ou en poudre.

 pict0202


Combien de temps ?

Une fois le mélange réalisé, laisser macérer de 10 à 15 jours. Filtrez, c'est prêt ! ;)

Pour extraire encore mieux on peut également diviser l'alcool en deux parties égales, on fait macérer la plante dans une première partie d'alcool on filtre et on ajoute la deuxième partie d'alcool sur le résidu de la plante et on fait macérer à nouveau, puis on filtre et on ajoute le filtrat au premier.

Certaines drogues ne nécessitent pas de macération, il s'agit en fait d'une simple "dissolution" (exemple : benjoin ou huiles essentielles).

faire_teintures_mere_soi_L_1


Quel alcool utiliser ?

Idéalement de l'alcool à 96° (voire 100°…), qui n'est pas en vente libre en France…

A défaut, vous pouvez utiliser de l'alcool à 90° vendu en pharmacie. Le plus important est qu'il soit NON DÉNATURÉ.

Selon les plantes macérées le degré d'alcool nécessaire peut varier. Par exemple pour les parties plus "dures", comme les racines par exemple, le degré d'alcool doit être plus élevé. Alors comment faire lorsqu'on n'a que de l'alcool à 90° à sa disposition ? Facile : il suffit de "mouiller" l'alcool pour en faire baisser le titrage. Il existe un tableau très bien fait pour calculer votre "mouillage", c'est la table de Gay-Lussac (je ne vous ai laissé les colonnes que pour de l'alcool "trouvable" en France, donc inférieur ou égal à 90°) :

tableaulussac

(si vous avez de l'alcool d'un titrage supérieur à 90° – 96° par exemple – vous pouvez trouver le tableau complet à cette adresse : http://www.spc.ac-aix-marseille.fr/labospc/spip.php?article329)

 

Comment lire le tableau ? exemple : la table indique qu’il faut ajouter 105,34 ml d’eau à 100 mL d’alcool à 90° pour obtenir de l’alcool à 45°.

Attention : Le volume final est inférieur à la somme des volumes mis en jeu ! C’est le phénomène dit de « contraction de volume », variable en fonction du titre de l’alcool initial.

Attention (bis) : la drogue apporte toujours une petite quantité d'eau, qui baisse donc légèrement le titrage final de la teinture !

plantes_seches

 

Comment savoir quel degré d'alcool est nécessaire ?

Là, je ne vous cache pas que ça devient nébuleux… Car les dosages sont très précisément fixés par la Pharmacopée (la grande bible des pharmaciens, anciennement appelée le Codex), qu'on peut bien sûr se procurer, mais ça coute un bras…

Le codex définit 4 degrés d'alcool différents pour préparer les teintures : 60°, 70°, 80° et 90°.

  • 60°: drogues contenant des substances facilement solubles ou riches en tanin ( l'aubépine, l'ail, l'arnica, l'hamamélis, ratanhia, etc…)
  • 70° : drogues contenant notamment des alcaloïdes ou glucosides comme  la belladone, digitale, colchique, coca, ipécacuanha, jusquiame noire, lobélie, muguet, stramoine, strophantus, etc… A l'exception toutefois de la teinture d'aconit et chanvre indien qui sont préparées avec de l'alcool à 90°.
  • 80° : drogues contenant surtout des principes résineux et huiles essentielles comme le benjoin,  la cannelle, acore odorant, gingembre, muscade, coriandre, eucalyptus, etc….
  • 90° : Pour les résines elles-mêmes, baumes, térébenthines et huiles essentielles.

On peut se dire, bon, après tout, autant faire tout dans de l'alcool à 90°, genre "qui peut le plus peut le moins". Erreur !!!! Car la macération alcoolique est très puissante, sur le plan de l'extraction des actifs ; si un titrage d'alcool trop bas risque de ne pas extraire suffisamment d'actifs (et d'avoir des soucis de conservation en plus…), un titrage trop élevé risque d'en extraire "trop", en "explosant" les molécules à un point qui peut être néfaste au final !

Alors bon, mais qu'est-ce qu'on fait pour connaître le titrage ?? Eh bah on fait comme moi, on cherche à droite et à gauche ! Je ne vais pas être égoïste, je vais vous faire part de ce que j'ai trouvé…

D'abord le document "Herbal Materia Medica" de Michael Moore (oui oui comme le Michael Moore qu'on connaît….) que vous pouvez télécharger en cliquant sur son titre ! Alors, oui, c'est en anglais, mais bon… Pour chaque produit, vous allez trouver l'utilisation la meilleure (infusion, décoction, teinture…), et aussi les conte-indications ! Si vous ne comprenez pas l'anglais, dès que c'est écrit en rouge, MÉFIEZ VOUS !

Exemple : "FRESH 1:2,DRY 1:5,60% alcohol" = si les plantes sont fraîches, une part de plantes pour 2 parts d'alcool à 60°, si les plantes sont sèches 1 part de plantes pour 5 parts d'alcool à 60°

[NB : comme je pense que vous l'aurez compris, une teinture est souvent appelé "hydro-alcoolisé", tout simplement parce que vous devez mélanger de l'eau à l'alcool pour en faire baisser son titrage !]

Ensuite, l'excellent site de l'Herboriste, dont je me suis inspirée grandement pour ce billet. Vous pourrez y trouver, entre autres informations, ce tableau (non exhaustif évidemment !) qui récapitule les titrages d'alcool et les proportions employées selon les drogues.

  • Alcool à 60°, 1/5ème :

Absinthe
Ail
Aloès
Arnica
Asclépiade
Aubépine
Aunée
Bistorte
Brou de noix
Caïanca
Camomille
Cascara
Cévadille
Chardon bénit
Colchique (bulbe)Coloquinte
Colombo
Droséra
Gentiane
Écorce de chêne
Écorce de marron
Gaïac (bois)
Gratiole
Guaco
Hamamélis
Houblon
Hydrastis
Hydrocotyle
Jaborandi
Jalap
Kinkéliba
Kola
Noix de galle
Pareira brava
Passiflore
Piscida
Quassia
Quinquina rouge
Ratanhia
Rhubarbe
Roses rouges
Salsepareille
Scille
Seigle ergoté
Tormentille
Tournesol
Valériane

  • Alcool à 60°, 1/10ème :

Airelle (baies)

  • Alcool à 70°, 1/10ème :

Adonis
Belladone
Coca
Colchique(semence)
Digitale
Ipécacuanha
Jusquiame
Lobélie
Muguet
Noix vomique
Stramoine
Strophantus

  • Alcool à 80°, 1/5ème

Acore odorant
Anis
Asarum
Ase fétide
Badiane
Baume de la Mecque
Baume du Pérou
Baume de tolu
Benjoin
Boldo
Bourgeon de pin
Buchu
Cannelle
Cardamome
Cascarille
Citron
Copahu
Coriandre
Croton
Cubèbe
Ellébore noire
Eucalyptus
Euphorbe
Galanga
Galbanum
Gingembre
Girofle
Grindélia
Iris
Macis
Muscade
Myrrhe
Oliban
Opoponax
Orange amère
Panama
Phellandrie
Polygala de Virginie
Pyrèthre
Résine de gaïac
Ricin
Rue
Sabine
Serpentaire
Thuya
Sang-dragon
Scammonée
Storax
Styrax
Viburnum
Zédoaire

  • Alcool à 80°, 1/10ème :

Safran
Vanille

  • Alcool à 90°, 1/10ème :

Aconit
Chanvre indien
Huiles essentielles

cueillette_plante_medicinale_moyen_age

 

 

 

 

A quoi ça sert ? Quel usage en cosmétique ?

Traditionnellement, les teintures sont utilisées par voie interne, diluée dans un verre d'eau. La posologie est fonction de la plante utilisée, de l'âge et de la maladie à traiter.

On utilise aussi les teintures en usage externe en gargarisme, en compresses, lavage des plaies par exemple.

Et enfin… et c'est là que ça nous intéresse : les teintures comme actifs cosmétiques.

Alors là, je vous entends d'ici "ouhlà oui mais c'est de l'alcoooool !".
Et moi je dis : du calme ! ;)
Primo, parce que le titrage final de la teinture est toujours plus bas que celui de l'alcool qui a servi à la fabriquer. Pas beaucoup plus bas, mais quand même…
Et surtout, secundo, je vous rappelle que des tas d'additifs cosmétiques contiennent de l'alcool… A commencer par les extraits aromatiques naturels ! Les extraits aromatiques naturels sont fabriquées sur un support alcoolique (tout comme une teinture !), parfois jusqu'à 90° ! Et oui… Alors si vous avez utilisé des extraits aromatiques sans hésitation dans vos préparations, pourquoi pas une teinture ? Le dosage préconisé des extraits aromatiques est en général de 2% maximum dans une crème… Et puisqu'on parle d'extrait aromatiques, les teintures peuvent servir également tout simplement à parfumer une préparation !

Venezia va jusqu'à 5% de teinture dans ses crèmes pour le corps, et même jusqu'à 10% dans des baumes spécifiques.

J'ai pris l'exemple des extraits aromatiques, mais d'autres actifs sont sur support alcoolique : propolis, absolue de benjoin, etc…

Alors ? Convaincues ? ;)

Abeilles2


"Qui peut le plus peut le moins" ou "quelques pistes supplémentaires"

  • Vous voulez ajouter au côté odorant de votre teinture ? Diluez l'alcool avec de l'hydrolat, au lieu de l'eau !
  • Décidément, vous vous méfiez de cette histoire d'alcool… Préparez vos teintures dans du vinaigre de cidre ! une excellente alternative, car le vinaigre apporte ses bienfaits en plus de ceux de la plante ! Certains grands herboristes le font, comme John Christopher ou plus récemment Danièle Laberge (L'armoire aux herbes). Il apparaît à l’occasion dans les bouteilles de teintures avec vinaigre de cidre, des filaments élastiques gélatineux. En rien dangereux, il s’agit de la reconstruction de la mère du vinaigre.
  • Un "extrait fluide" est une teinture évaporée jusqu'à ce que son poids soit celui de la drogue utilisée au départ. Résultat : plus d'actifs et moins d'alcool ;) Exemple : teinture faite avec 10 g de drogue et 50 g d'alcool, macération, filtrage, puis évaporation jusqu'à ce que la teinture ne pèse plus que 10 g au total.

 

__________________________________________________

 

 

 

 

 

Sources :

Larousse encyclopédique des plantes médicinales

"Guide du préparateur en pharmacie", Charpeneir, Hamond, Lorléac'h

Portail SVT de l'Académie d'Aix-Marseille

Herbal Materia Medica de Michael Moore

Potions et chaudron

L'herboriste

L'armoire aux herbes

La phytothérapie de Jean Valnet

Princesse au petit pois

MISE EN GARDE :

Cet article est à but informatif, il a été renseigné par des sources précises et fiables, mais il ne saurait en aucun cas se substituer à un avis médical.

 En cas d'interrogation, préférez consulter un professionnel de santé.

juil 242009

J’ai toujours été plutôt « tout à froid, tout dans le noir », pour mes macérâts, mais il est vrai qu’il existe plusieurs écoles…

Je me dis toujours que la chaleur et/ou le soleil doivent accélérer le processus d’oxydation des huiles…

Mais bon, ça me travaillait quand même… alors quand j’ai vu cette méthode de macérât en yaourtière sur le blog de framboise, j’ai été séduite !
Mais oui, en yaourtière ! A l’ombre, pas trop chaud, mais un peu quand même, suffisamment pour « booster » la macération, allez je me lance !

Le principe est très simple : Mettre le macérât 10 heures en yaourtière, puis repos 8 h. A répéter 3 fois. Et c’est prêt !

Si ça peut permettre de faire des macérâts rapidement sans trop malmener les huiles, j’ai choisi de faire de toutes petites quantités, plus besoin de prévoir un mois à l’avance…
J’ai quand même choisi des huiles résistants très bien à l’oxydation et donc au chauffage… le jojoba et l’huile d’olive.

Et je me suis lâchée, j’ai fait 7 macérâts (et oui ma yaourtière a 7 « places » !), avec toujours quelques gouttes de vitamine E :

Sur jojoba :
- pâquerettes (bellis) (raffermissant, tonifiant, tenseur)
- grande consoude (riche en allantoïne, cicatricant et anti-inflammatoire)
- bardane (antiseptique, purifiant)
- hamamélis (astringent, anti-inflammatoire, cicatrisant)
- immortelle (anti-hématome, cicatrisant, anti-inflammatoire)
- centella asiatica (anti-oxydant, anti-inflammatoire, cicatrisant, stimule le collagène)

Sur huile d’olive :
- guarana (facilite la combustion des graisses)

DSC07158

Verdict : en tout cas, les macérâts ont pris l’odeur et la couleur de leurs plantes… donc plutôt positif !

avr 282009

 

Comme mon remède contre l'arthrose est très demandé (et pas seulement contre l'arthrose, car il fait des merveilles contre toutes les douleurs articulaires, mais aussi musculaires !), j'avais besoin d'urgence de macérât d'arnica !

L'arnica, pour celles qui auraient oublié, c'est bon contre les coups, les bleus, les bosses (je résume…). Par contre, attention, ne PAS appliquer sur les plaies…

Aussitôt dit, aussitôt fait !

J'ai juste mis des capitules d'arnica (bah mais où on en trouve donc ? Bah ici bien sûr hein :D) dans un bocal, recouvert avec de l'huile de tournesol (environ 100 ml je pense…) et 15 gouttes de Vitamine E.
Et hop, au placard pendant 1 mois !

DSC06281

compatiblerazmoket

avr 182009

J’avais oublié de vous dire que la semaine dernière, en voyant toutes ces jolies violettes dans mon jardin, j’ai eu envie d’en faire quelque chose !

DSC06141

D’après tout ce que j’ai pu lire à droite et à gauche, le macérât huileux n’avait pas l’air de donner des résultats transcendant, j’ai donc opté pour un macérât alcoolisé !

Comme les propriétés des violettes (Calmant, antiseptique, purgatif, diurétique, sudorifique, expectorant, émollient, sédatif, laxatif…) sont dans les fleurs  mais aussi dans les feuilles,  pour être sûre d’optimiser, j’ai mélangé les deux !

La recette c’est tout simplement une poignée de fleurs et feuilles de violette dans de la vodka !

DSC06152

J’ai bien fait de prendre la photo tout de suite, car à peine quelques heures après, la jolie couleur violette avait disparu ! :(

fév 192009

C’est la journée des macérâts aujourd’hui ! ;)

Ma soeur voudrait que je lui fasse un baume avec le patchouli qu’elle m’a envoyé, ni une ni deux, « macérâtisé », le patchouli ! :D

J’ai recouvert mes feuilles d’environ 150 ml d’HV d’abricot, 250 ml d’HV de tournesol, 30 gouttes de vitamine E, et hop…. au placard !

Elle m’a dit que ça repousse les moustiques, alors il lui faudra bien ça pour être armée lors des prochaines cueillettes de frangipanier ! ;)

DSC05430

compatiblerazmoket

Mise en garde

Nos articles sont à but informatif, ils ont été renseignés par des sources précises et fiables, mais ils ne sauraient en aucun cas se substituer à un avis médical.
En cas d’interrogation ou de pathologie grave, consultez un professionnel de santé !
N'oubliez pas de lire également le billet sur l'utilisation des huiles essentielles.

Rendons à César…

C'est avec plaisir que nous mettons nos recettes à votre disposition. Parfois, nous nous sommes inspirées d'autres bloggeuses, que nous citons.
Si vous-même vous inspirez de l'une de nos recettes, merci de mettre dans votre article un lien vers "La cosméto de Maman" !