août 172011

Pendant les vacances, j'ai lu une pub pour ce produit : "La crème réparatrice 40% miel de Manuka", de la marque euh, disons "trucmuche" :mrgreen:

Ni une ni deux, j'ai cherché immédiatement la composition, et voici donc le "pitch" :

"Un soin réparateur certifié biologique contenant 40% de miel de manuka IAA®10+, rigoureusement sélectionné pour son activité antibactérienne unique. Composé d’ingrédients 100% naturels, c’est le soin idéal pour restaurer les peaux abimées et asséchées, et réparer les blessures cutanées superficielles.

La crème réparatrice 40% miel de manuka IAA®10+ est munie d’un embout fin permettant une application locale précise, sa texture légère ne colle pas et laisse un parfum de miel sur la peau.

Sans paraben ni conservateur.
Convient aux peaux sensibles.

Le manuka est un arbuste appartenant à la famille du tea tree, poussant à l’état sauvage en Nouvelle-Zélande. Utilisé depuis des siècles dans la médecine traditionnelle maori, le manuka est reconnu pour ses propriétés antiseptiques.

Le miel utilisé dans la crème réparatrice 40% miel de manuka porte l’indice IAA®, garant d’une activité antibactérienne non peroxydique (activité unique différente d’un miel classique) scientifiquement prouvée et mesurée. Plus qu’une crème au miel il s’agit d’un véritable soin actif.

Indications :
Peaux abimées et asséchées (agression du froid, gerçures…)
Altérations cutanées superficielles (brûlures légères, coupures, écorchures, piqures d’insectes…)

Formule :
Miel de manuka IAA®10+ (40%), aux propriétés antibactériennes. Mel, aqua, simmondsia chinensis seed oil , butyrospermum parkii butter *, macadamia ternifolia seed oil *, glyceryl stearate, squalane, sodium stearoyl glutamate, levulinic acid, phenethyl alcohol, xanthan gum, bisabolol, glycerin, sodium levulinate, tocopherol, citric acid"

J'ai normalement toujours du miel de manuka dans mon placard, pour les rhumes et mixtures qui vont avec… Ca me faisait vraiment envie cette idée de 40% de miel de manuka, mais comme on n'a pas SI SOUVENT que çà des bobos (si, si, je vous jure !!:lol:), je voulais quelque chose qui se conserve plus facilement qu'une crème, allez, çà sera donc un baume ! Et avec mon tout nouveau ceralan, tant qu'on y est ;)

J'ai tenu à conserver le principe de 40% de miel, même si je me doutais que çà risquait de rendre l'ensemble un peu collant…

Voici la formule toute simple : 

 

  • Beurre de karité (10%) : 1.5 g (protecteur, apaisant, cicatrisant, régénérant, nourrissant)
  • Céralan (14%) : 2.1 g (adoucissant, assouplissant, protecteur et filmogène )
  • Macérât achillée millefeuille+grande consoude+tepezcohuite+calendula/jojoba (35%) : 5.25 g (astringent, cicatrisant, anti-inflammatoire, émollient, adoucissant, antiseptique, revitalisant, antalgique, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur, apaisant, humectant, nourrissant) 
  • Vitamine E (0.5%): 1 gtt (anti-oxydant puissant, anti-radicalaire, stimule la régénération cellulaire, assouplissant)
  • Miel de Manuka (40 %) : 6 g (antibactérien)
  • Alcool de benzyle (0.5%) : 1 gtt (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)

 

Méthode : J'ai considéré que le miel était comme une sorte de phase aqueuse et j'ai procédé comme pour une émulsion "normale"… En essayant toutefois de ne pas faire trop chauffer le miel.
(Voir le mode opératoire pour débutantes)

N'oubliez pas de laisser chauffer d'abord le beurre de karité tout seul pendant 10 minutes, pour éviter qu'il ne "granule" en refroidissant ;)

 

Verdict : Et oui, on dirait du "vrai" miel :lol: Quand j'en ai mis sur le genou cabossé de Gabrielle la première fois, elle m'a dit "ohhhh c'est doux !!!"… puis "ah, c'est gras aussi". Oui, c'est bien un baume :lol:

Et comme je le pensais, le miel le rend légèrement collant (40 %, quand même…), mais en même temps, il est fait pour être utilisé sur de toutes petites surfaces alors bon… Par contre, il pénètre assez facilement quand même, ouf :) Et laisse une odeur de miel très forte sur la peau :) Je l'ai testé également comme baume à lèvres, et là, par contre, je ne l'ai pas trouvé collant du tout (??:?), et en plus, il a bon goût (40 %, oui, j'insiste ! :mrgreen:)

En tout cas, il semble bien efficace sur la guérison des bobos ! Je pense que çà doit valoir le coup de tenter le même principe (miel 40 %), mais dans une émulsion plus légère, pour voir…

Evidemment, j'ai utilisé du miel de manuka pour ses propriétés exceptionnelles, mais n'importe quel bon miel devrait faire pas mal l'affaire… 

juil 012011

Dans la série des "maman j'ai mal", voici les genoux…:mrgreen:

Oui, les genoux… Il y a quelques semaines, Gabrielle s'est mise à se plaindre (fort. très fort.) d'avoir mal "derrière les genoux", ainsi que dans les mollets. Comme elle n'avait pas fait spécialement d'exercice (enfin, pas plus que d'habitude, vu qu'elle court tout le temps :lol:), j'ai bien sûr pensé aux traditionnelles "douleurs de croissance".

Qui n'a pas entendu sa mère/grand-mère/tante dire "T'as mal ? C'est la croissance !" ? :lol:

Ce qui tombe bien, c'est que cette chère Madame Festy a aussi pensé à çà dans son bouquin sur les HE pour les enfants :D

La recette originale contenait de l'HE de romarin à camphre… Personnellement, j'ai un peu halluciné et décidé de ne pas d'en mettre. Après avoir relu le début du bouquin, je m'aperçois effectivement que cette HE figure dans la liste des HE interdites aux enfants "sauf conseil professionnel" 8O Alors, OK, c'est une professionnel, mais le conseil par bouquin interposé, je préfère m'abstenir…:roll: J'ai donc réparti le millilitre de romarin à camphre entre les deux autres HE.

  • HE d'estragon : 1 ml (antispasmodique neuro-musculaire, antalgique, anti-inflammatoire)
  • HE d'eucalyptus citronné : 2 ml (anti-inflammatoire, antirhumatismale, antalgique, antispasmodique)
  • Macérât d'arnica/olive : qsp 10 ml (anti-inflammatoire puissant, antalgique)

Verdict : Bon, comme tous les "maman j'ai mal", je pense que le fait de se faire masser par maman fait déjà du bien. Surtout se faire masser pour un truc qu'on a et que notre soeur jumelle n'a pas :mrgreen: Bon, la modestie, c'est bon, c'est fait :lol: Maintenant, je mets la modestie de côté, et je pense que çà lui a vraiment fait du bien, au bout de 2 jours de massages, elle ne m'a plus jamais reparlé de ses genoux. Plus sérieusement, évidemment, si la douleur s'était maintenue, je l'aurais bien sûr emmenée chez le médecin (pas la peine d'appeler la DDASS hein :lol:)

 

(à partir de 6 ans)

 

MISE EN GARDE :

Cet article est à but informatif, il a été renseigné par des sources précises et fiables, mais il ne saurait en aucun cas se substituer à un avis médical.

 En cas d'interrogation, préférez consulter un professionnel de santé.

N'oubliez pas de lire également le billet sur l'utilisation des huiles essentielles.

juin 202011

Aujourd'hui, voici un article très sérieux, une fois n'est pas coutume ;)

Celles qui aiment les épopées savonnesques, vous risquez d'être déçues, mais ne passez pas forcément votre chemin, vous pourriez apprendre des choses ;)

_________________________________________

Avoir le ventre lourd et quelques petites contractions avant et pendant les règles, çà, oui, c'est normal. Mais être pliée en deux, ne pas pouvoir quitter le lit pendant plusieurs jours, çà, non, ce n'est pas normal. Bien sûr, cela peut être lié à des tas de pathologies, je ne suis pas médecin, et bien sûr je vous invite à consulter un médecin qualifié… Mais je voulais vous parler aujourd'hui d'une pathologie en particulier, parce que je commence à bien la connaître : l'endométriose.

Je ne vais pas trop me casser la tête :mrgreen:, passeportsante a fait une description très simple et précise :

 

L’endomètre est la muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’utérus. À la fin du cycle menstruel, s’il n’y a pas eu fécondation, une partie de l’endomètre (qui se renouvelle constamment) est évacuée avec les menstruations.

L’endométriose se caractérise par la formation, en dehors de l’utérus, de tissus formés de cellules endométriales. Ainsi, de l’endomètre se met à se former ailleurs dans le corps.

Un tissu endométrial, peu importe où il se trouve dans le corps, réagit aux fluctuations hormonales du cycle menstruel. Ainsi, tout comme la muqueuse utérine, il se forme, puis « saigne » chaque mois. Cependant, lorsque ce tissu se situe à l’extérieur de l’utérus, comme c’est le cas chez les femmes atteintes d’endométriose, les saignements n’ont aucune issue vers l’extérieur du corps. Le sang et les cellules endométriales qui se détachent peuvent irriter les organes avoisinants et le péritoine (la membrane qui renferme les organes de l’abdomen). Cela peut aussi entraîner la formation de kystes (de la taille d’une épingle à celle d’un pamplemousse), de tissu cicatriciel, ainsi que d’adhérences qui relient les organes entre eux et causent des douleurs.

Où les tissus d’endomètre se forment-ils?

Le plus souvent :
– sur les ovaires;
– sur les trompes de Fallope;
– sur les ligaments soutenant l’utérus;
– sur la surface extérieure de l’utérus.
Plus rarement, ils peuvent se développer sur les organes avoisinants, comme les intestins, la vessie ou les reins. Enfin, exceptionnellement, ils se retrouvent à des endroits très éloignés de l’utérus, comme les poumons, les bras ou les cuisses.

Ce trouble gynécologique figure parmi les plus fréquents : de 5 % à 10 % des femmes en âge de procréer en sont atteintes. L’endométriose est habituellement découverte vers 25 ans à 40 ans, en raison de douleurs anormalement intenses dans le bas-ventre ou d’un problème d’infertilité. En effet, de 30 % à 40 % des femmes atteintes d’endométriose sont infertiles. Mais dans plusieurs cas, l’endométriose ne s’accompagne d’aucune douleur et n’a pas impact sur la fertilité. Elle est alors décelée par hasard, par exemple au moment d’une intervention par laparoscopie dans l’abdomen.

 

J'en profite pour attirer votre attention sur un point précis… et pousser mon petit coup de gueule ;) Alors OUI, l'endométriose est une cause d'infertilité reconnue, et effectivement, elle est souvent diagnostiquée à l'occasion de problèmes de procréation. MAIS, comme il est bien précisé plus haut "Plus rarement, ils peuvent se développer sur les organes avoisinants, comme les intestins, la vessie ou les reins. Enfin, exceptionnellement, ils se retrouvent à des endroits très éloignés de l’utérus, comme les poumons, les bras ou les cuisses.", et dans ce cas, bien sûr que non, aucun problème d'infertilité…

Si je pousse ce coup de gueule, c'est parce que

[mode "je raconte ma vie" ON]

j'ai souffert d'endométriose ombilicale (ne cherchez pas de statistiques, les cas ne sont même pas quantifiés….) il y a plus de 15 ans, opérée 2 fois puis traitée par ménopause artificielle. Et j'étais malheureusement tombée quelques années après sur un des nombreux médecins dont la connaissance de l'endométriose est TRES LIMITEE, et qui, au simple mot "endométriose", m'avait poussée dans la spirale infernale de la procréation médicalement assistée…alors que je n'en avais aucunement besoin. Heureusement, la vie a fait que j'en suis bien vite ressortie. Mes petites filles, conçues sans aucune assistance d'aucune sorte, ainsi que le contre-diagnostic d'un médecin moins alarmiste, sont bien la preuve que… bon bref, vous avez compris hein :lol: Aujourd'hui, je suis en récidive, avec une endométriose digestive (8 à 12 % des endométrioses), donc PAS NON PLUS synonyme d'infertilité, mais porteuse des mêmes symptômes (douleurs et fatigue).

Bref, pour être passé brièvement par la PMA, je suis bien placée pour comprendre la détresse des femmes que cette maladie ont rendues hypofertiles. Mais je suis là aussi pour mettre le doigt sur le fait que non, endométriose ne signifie pas forcément infertilité ! :evil:

Et enfin, je suis bien placée également pour témoigner que NON, une (ou plusieurs !) intervention chirurgicale, et les traitements les plus pénibles, n'empêchent PAS l'endométriose de récidiver…. parfois 15 ans plus tard… :roll:

[mode "je raconte ma vie" OFF]

Il se trouve que les médecins, même gynécologues, sont très mal formés sur le sujet (et oui !!), et combien d'entre eux a-t-on entendu dire "pliée en deux pendant vos règles ? Prenez du sp*sphon". Résultat, les kystes ne sont pas traités, continuent à grossir, et la douleur ne fait qu'empirer, ainsi que toutes les complications qui peuvent en découler.

PasseportSanté évalue à environ 5 à 10 % le nombre de femmes qui souffrent d'endométriose. Mais ce chiffre est très certainement sous-évalué (d'ailleurs, on eut lire des chiffres allant jusqu'à 30 %…), puisque la maladie n'est pas facilement diagnostiquée… En moyenne, il se passe 6 ans avant que le diagnostic soit posé (en moyenne….. parfois il ne l'est jamais !).

Si vous souhaitez avoir plus d'info sur cette maladie, Le site d'EndoFrance est assez complet. Et Google est également votre ami… ;)

Je vous invite également, si vous le souaitez bien sûr, à signer cette pétition pour la reconnaissance de l'endométriose : http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2011N7369 .

 

Mais assez de bla bla, j'ai voulu poster cet article également parce que ma chère Lolapit m'a indiqué une recette sur le blog de Danièle Festy, contre les douleurs endométriosiques. Evidemment, cette recette de SOIGNE pas l'endométriose, mais en amenuise les effets, je parle bien sûr des douleurs.

  • HE de Cyprès toujours vert : 12 gtt (d écongestionnante veineuse, antispasmodique, action mimétique aux oestrogènes, tonifiant vasculaire )
  • HE de Myrrhe 12 gtt (anti-inflammatoire, antalgique, régulateur endocrinien)
  • HE de Sauge sclarée : 12 gtt (oestrogène-like, régulatrice des cycles menstruels, antispasmodique)
  • HE de géranium bourbon : 12 gtt (anti-spasmodique, anti-inflammatoire, stimule la circulation veineuse et lymphatique)
  • HV : 7 ml

A utiliser en massage plusieurs fois par jour aux endroits douloureux.

 

Verdict : ce mélange me soulage presque instantanément, mais évidemment, je ne peux pas toujours l'utiliser pile poil au moment où j'ai mal hein :lol:, mais bon, je m'en contente…Je tenais à le partager car je pense qu'il peut être efficace pour, justement, ces "règles douloureuses"…. :)

 

juin 012011

Gabrielle est assez sujette aux conjonctivites (enfin, quand je dis "assez sujette", tout est relatif hein….:lol:). Plutôt que de se ruer sur une crème et/ou collyre antibiotique, voici la mixture très simple que je lui prépare, et qui, chez nous, règle le problème en 2 jours. Elle est à appliquer en compresse chaude à laisser sur les yeux pendant 1/4 d'heure, 2 ou 3 fois par jour.

http://teemix.aufeminin.com/album/see_142219_78/Les-yeux-reflet-de-ce-que-l-on-est.html#p78

C'est tout simple, il s'agit d'une infusion, à parts égales de :

  • Fleurs de Bleuet (contre les affections oculaires)
  • Fleurs de Camomille allemande (anti-inflammatoire, anti-allergique, décongestive)
  • Fleurs de Lavande (antiseptique, antibactérien, apaisant)
  • Boutons de Rose (anti-inflammatoire, contre les irritations de l'oeil)
  • Feuilles de Sureau (anti-inflammatoire, anti-allergique, assainissant)
  • Racine de Bardane (antibactérien, purifiant)

Et c 'est tout ! :mrgreen:

[Punaise, çà doit être le billet le plus court de ce blog !!! :lol:]

Et… çà va sans dire, mais je vous le dis quand même :lol:, si l'état des yeux ne s'améliore pas dans les 2 jours, on file chez le médecin, évidemment ! ;)

 

Cet article est à but informatif, il a été renseigné par des sources précises et fiables, mais il ne saurait en aucun cas se substituer à un avis médical.

En cas d’interrogation ou de pathologie grave, consultez un professionnel de santé !
 

mai 232011

Dans la série des "Mamaaaan j'ai….." voilà le mal de ventre :mrgreen:

Il y a beaucoup de raisons d'avoir mal au ventre, pour les petits comme pour les grands…

Il se trouve qu'une de mes fillettes est sujette à la constipation, et est également une grande angoissée… Tout est réuni pour de bonnes séances de "Mamaaaaan, j'ai mal au veeeeentre", n'est-ce pas ? :wink:

Je me suis donc penchée à nouveau sur le livre de Danièle Festy "Soigner ses enfants avec les huiles essentielles", et j'en ai tiré deux formules, l'une contre les "maux de ventre", tout court, et l'autre contre la constipation, spécifiquement.

Maux de ventre (incluant constipation, diarrhée…) :

  • HE d'estragon : 1 ml (anti-spasmodique, anti-douleur, anti-inflammatoire)
  • HE de laurier noble : 1 ml (antibactérien, antiviral, antalgique et antinévralgique, régulateur du système nerveux, antispasmodique)
  • HV de calophylle inophyle : 13 ml

(La recette orginale contenant en plus de l'HE de gingembre et de fenouil, avec un dosage de 0.5 ml de chacune des 4 HE. Mais je n'avais pas ces deux-là, j'ai donc augmenté la proportions de l'estragon et du laurier…)

Constipation :

  • HE de bois de rose : 2.5 ml (apaisante, immunostimulante)
  • HE d'estragon : 1.5 ml (anti-spasmodique, anti-douleur, anti-inflammatoire)
  • HV d'amande douce : 6 ml

(La recette originale comporte 1 ml de gingembre, 2 ml de bois de rose et 1 ml d'estragon.)

Comme vous le voyez, les deux recettes sont très semblables, j'alterne les deux… En massage sur le ventre dès qu'elle se plaint.

Verdict : A chaque fois que je la masse avec l'une ou l'autre de ces deux huiles, elle va mieux… Je pense que rien que le fait de se faire masser par maman, çà aide déjà pas mal ;) Alors, dans le doute, je continue ! ;)

 

Cet article est à but informatif, il a été renseigné par des sources précises et fiables, mais il ne saurait en aucun cas se substituer à un avis médical.
En cas d’interrogation ou de pathologie grave, consultez un professionnel de santé !
N'oubliez pas de lire également les billets sur l'utilisation des huiles essentielles et sur les huiles essentielles pour les enfants.
 

(à partir de 6 ans)

avr 212011

Mes filles ne sont pas souvent malade, mais cette fois, elles ont eu droit à une belle rhino-pharyngite toutes les deux en même temps :(

Pas de quoi aller chez le médecin…pour avoir du spray pour le nez, du sirop et du Dolipr*ne, euh, bon bref hein :roll:

Depuis que j'ai reçu le livre de Danièle Festy "Soigner ses enfants avec les huiles essentielles", j'utilise davantage d'HE pour mes enfants (cf mon edit de l'article sur les enfants).

Voici donc deux formules tirées de son livre et légèrement adaptées, contre le "dez gui goule" de base, et voire plus si affinité, j'ai nommé la rhino installée :mrgreen:

Nez qui coule :

  • HE de Ravintsara : 3 ml (antiviral – anti-infectieux – immunité – écoulement nasal)
  • HE de Bois de rose : 2 ml (antiseptique, antibactérien, antiviral)
  • HV de Noisette : 5 ml (amande douce dans la recette originale)

2 à 3 gouttes 3 fois par jour sur les ailes du nez

 

Rhino-pharyngite :

  • HE de Tea tree : 1 ml (Antibactérien, antiviral, immunostimulant, décongestionnant veineux et lymphatique, antispasmodique)
  • HE de Ravintsara : 1 ml (antiviral – anti-infectieux – immunité – écoulement nasal)
  • HE de bois de rose : 1 ml (antiseptique, antibactérien, antiviral)
  • HE de thym à thujanol : 1 ml (antibactérien, antiviral, stimulant immunitaire, expectorant)
  • HV de noisette : 6 ml (amande douce dans la recette originale)

3-4 gtt en massage sur le cou, le thorax, le front et les tempes 3 fois par jour

 

 Verdict : Pour être honnête je n'ai pas encore testé le mélange "nez qui coule", car lorsque je l'ai préparé, on n'en était déjà plus là… Par contre, l'autre, couplé avec une bonne synergie d'hydrolats et mon sirop contre la toux -> nickel ! :) Gros rhume : zéro – Maman druide : 1 :mrgreen:

 

 

A partir de 6 ans

avr 082011

Ca faisait un moment que ma chère Lolapit m'avait donné la formule magique de son baume "stop la crève", mais j'ai eu un besoin urgent de l'utiliser il y a quelques temps, alors c'était le moment de l'essayer enfin…

Voici la formule :

  • cire d'abeille : 5 g
  • huile de coco : 7 g (dans la recette originale, beurre de mangue)
  • acide stéarique : 2 g
  • HV de noyaux d'abricot (noisette dans la recette originale) : 11 g
  • extrait de propolis : 20 gtt
  • vitamine E : 3 gtt
  • HE Eucalyptus Globulus : 12 gtt (infections ORL basses – bronches)
  • HE Niaouli : 12 gtt (Bronches – antiviral – anti-infectieux – antipyrétique)
  • HE Ravintsara : 12 gtt (antiviral – anti-infectieux – immunité – écoulement nasal)
  • HE Romarin à Camphre : 8 gtt ( décongestionnant – mucolytique)
  • HE Cajeput : 12 gtt (Antiseptique général puissant – Antinévralgique (calme la douleur)- Stimulante et revigorante – Expectorante, anti catarrhale)
  • HE Menthe Poivrée : 10 gtt (antiviral – anti-infectieux – analgésique – fatigue – antipyrétique)
  • HE thym à thujanol : 10 gtt (Antibactérienne puissante. – Antivirale puissante) (marjolaine à thujanol dans la recette originale)
  • HE Pin sylvestre : 10 gtt (laryngite, fatigue, cortisone-like)
  • HE Girofle : 4 gtt (anti-infectieux – fatigue)
  • HE Encens Oliban : 4 gtt (soutien de l’immunité)

La recette originale contenait également 3 grammes de cristaux de menthol, que j'ai remplacés par 2 g d'hv de coco, et un léger "surdosage" de l'He de menthe poivrée (10 gouttes au lieu de 6)

Il est à appliquer sur le thorax, et éventuellement sous le nez (personnellement, je ne suis pas fan, donc j'ai plutôt fait un stick à inhaler, avec la synergie d'huiles essentielles)

(désolée pour la photo prise avec mon téléphone, je n'en ai pas d'autre meilleure…)

Verdict : Je n'avais pas compris au début qu'il fallait littéralement "s'embaumer vivante", c'est-à-dire en remettre et en remettre encore tout au long de la journée, en massage sur le thorax. Quand j'ai compris çà, j'ai senti l'efficacité du truc, surtout niveau expectoration, dans les 10 minutes suivant l'application !

Par contre, personnellement, je n'aime pas du tout la sensation de "gras" sur la poitrine, et mes vêtements non plus :( Du coup, je l'ai fait "à fond" uniquement les jours où je pouvais rester avec un vieux T-shirt toute la journée ;) Je pense que j'essayerai la prochaine fois d'ajouter quelque chose pour minimiser ce "gras"….

Du coup, comme je n'ai pas pu pratiquer l'"embaumement vivante" de façon suffisamment studieuse, et que, évidemment, çà en passait pas complètement malgré une nette amélioration, j'ai mis le coup de grâce avec ma teinture de pin sylvestre (méchament efficace) et un petit programme d'hydrolats (pin sylvestre, sarriette, thym). Bye bye le gros rhume ! :) Je pense aussi que je n'ai pas pris çà en charge suffisamment tôt…. A mon avis, si on s'y colle dès l'apparition des premiers symptômes, çà doit marcher du tonnerre !

NE PAS UTILISER POUR LES ENFANTS !

jan 102011

Toujours pour la pachyonychie congénitale de mon amie Béatrice, voici mon dernier essai, le plus "expérimental", le plus périlleux, qui m'a donné du fil à retordre !

Béatrice m'a dit qu'elle avait discuté avec une dame dont le fils souffre de la même maladie, et qui avait obtenu de très bon résultats avec les crèmes du Dr Janka, particulièrement les crèmes "Soft crème", "Spezial" et "Milch Héfé".

Ni une, ni deux, me voici partie en quête de la composition de ces fameuses crèmes !

Soft Crème : Allantoin, chamomile, natural moisturizing factors, vitamins A, E and F, lime blossom, zinc oxide, salicylic acid.

Spezial : Ichthyol, aloe vera, panthenol, vitamins A, E and F, iron, zinc

Milch Héfé : Biostimuline, chamomile, natural moisturizing agents, panthenol, usnic acid, wheat germ extracts, vitamins A, E et F (essential fatty acids), natural lecithin, vitamin-B enriched yeast extracts.

Comme je commençais à être un peu prise par le temps, j'ai voulu faire un mélange de tout çà dans une seule et même crème… C'est partie pour le "décortiquage" ;)

  • Allantoin : bon, bah çà, c'est de l'allantoïne, j'en mettrai donc en poudre.
  • Chamomile : la camomille, j'en mettrai sous forme de macérât huileux et d'infusion (la camomille est également riche en allantoïne, tant mieux !)
  • Vitamine A : dans la carotte, le sésame, la noisette, le blé. Je mettrai un extrait de protéines de blé
  • Vitamine E : j'en mettrai
  • Vitamine F : présente dans les noix, germes de blé, soja… Il y en aura donc dans mon extrait de protéines de blé, et également dans la lécithine de soja que j'utiliserai comme co-émulsifiant.
  • Lime blossom : tilleul. Je l'ai laissé de côté (j'ai peut-être eu tort, j'aurais pu utiliser de l'hydrolat de tilleu que j'ai en stock…)
  • Natural moisturizing factors : alors là, çà veut tout dire et rien dire "agents hydratants naturels"…
  • zinc oxide : oxyde de zinc, j'en mettrai
  • salicylic acid : acide salicylique, le principal consituant de l'aspirine. L'acide salicylique a été isolé à partir du saule blanc, et l'aspirine à partir de la reine-des-prés. Ca tombe bien, j'ai de la reine-des-prés, j'en ferai une infusion.
  • Ichtyol : "L'ichtyol (ichtyolammonium) est obtenu par extraction à partir de schiste bitumeux à une température d'environ 480°C. Les huiles de schiste ont été formées il y a plusieurs millions d'années à partir de la décomposition de matière animale ( poissons et animaux marins préhistoriques).
    C'est un goudron noir-brun très épais, d'odeur pénétrante, qui renferme de nombreux composés dont le soufre. " Là, j'ai séché…. donc j'ai zappé…
  • Aloe vera : j'en mettrai
  • panthenol : j'en mettrai, sous la forme d'un extrait de protéines de blé
  • iron : fer. J'ai zappé.
  • biostimuline : alors là, un grand mystère… la biostimuline c'est un "stimulateur biogénique", biogénique : relatif à l'évolution des organismes vivants…. mouais… Je vous renvoie à l'article d'AZ santé ici : http://www.az-sante.com/DICO/B/biostimuline.php. J'avoue que j'ai un peu zappé, car çà m'a laissée vraiment perplexe…
  • usnic acid : acide usnique. On en trouve dans la barbe de Jupiter. Ca tombe bien, Laëticia m'en a envoyé, youpi, j'en ferai un extrait fluide ! On en trouve également dans le kombucha, j'utiliserai donc du vinaigre de kombucha au lieu du vinaigre de cidre pour faire mon extrait de protéines de blé.
  • wheat germ extracts : extraits de germes de blé. J'en mettrai sous forme d'extrait de protéines de blé
  • natural lecithin : lécithine natuelle. J'utiliserai la lécithine de soja comme co-émulsifiant.
  • vitamin-B enriched yeast extracts : "extraits de levure enrichis en vitamine B". J'ai décidé d'utiliser de la levure de bière, puisqu'elle contient le groupe complet de vitamine B.

Bon, bon bon…. me voilà bien ! ;) Maintenant, mettre en forme une formule qui se tienne… avec :

  • de l'allantoïne
  • de la camomille
  • de la reine-des-prés
  • un extrait de protéines de blé
  • de la vitamine E
  • de la lécithine de soja
  • de l'oxyde de zinc
  • de l'aloe vera
  • de l'extrait fluide de barbe de Jupiter
  • de la levure de bière

Comme la maladie de Béatrice est une forme de kératose, j'ai choisi de m'inspirer de la crème que j'avais faite à Elodie contre sa kératose pilaire, en ajoutant de l'huile de calophylle inophyle, de l'huile de nigelle, et un macérât huileux de consoude. 

Sauf que Béatrice m'avait bien dit qu'il ne fallait absolument pas que la crème soit occlusive, donc on oublie le beurre de karité et autre cire d'abeille…

Avant toute chose, il a fallu préparer deux semaines à l'avance :

  • - une teinture de barbe de jupiter, que j'utiliserai en la réduisant pour la transformer en extrait fluide
  • - un extrait de protéines de blé dans du vinaigre de kombucha (selon la méthode de Cristine)


(Barbe de Jupiter)

Ok, çà sera donc une crème légère, avec la lécithine de soja comme seul émulsifiant. Je l'ai déjà fait et çà avait été concluant, donc, fastoche.

Sauf qu'en fait, non, pas fastoche du tout. Essai d'un premier pot de 60 ml. Déphasage quasi immédiat après la mise en pot. :?

OK, je recommence tout, en réduisant la proportion de gel d'aloe vera et en augmentant la proportion d'infusion (pour que la lécithine de soja se dissolve mieux…), et en ajoutant 0.2 % de gomme xanthane,pour stabiliser le tout.

Rebelote. Déphasage quasi immédiat.

Je me méfie des poudres dans les crèmes (allantoïne, oxyde de zinc), et j'ai un gros doute sur ma levure de bière, que j'ai ajoutée à la phase aqueuse, mais ai-je eu raison ?….

Je mets donc de côté mes deux pots "ratés", et je tente une petite formule "simplifiée" en enlevant l'allantoïne, l'oxyde de zinc et la levure de bière.

Voici la formule de cette "crème Kajan numéro 2" ! :lol:

Phase aqueuse :

  • gel d'aloe vera : 2 g (émollient, humectant, hydratant, apaisant, cicatrisant, astringent, anti-prurigineux, régénérant, anti-radicaux libres)
  • infusion de camomille allemande (anti-inflammatoire, anti-allergique, cicatrisant) et reine-des-prés (source d'acide salicylique, anti-inflammatoire, astringent) : 12 g
  • lécithine de soja : 6 g (fondue quelques heures dans la phase aqueuse) (émulsifiant, émollient)

Phase huileuse :

  • HV de calophylle inophyle : 2 g (circulatoire, fluidifiant, cicatrisant, régénérant, anti-infectieux, anit-inflammatoire, antalgique, protecteur)
  • HV de nigelle : 2 g (anti-inflammatoire, cicatrisant, anti-infectieux, antioxydant, anti-radicalaire, anti-âge, nourrisant, régénérant)
  • macérât camomille allemande / jojoba : 5 g (anti-inflammatoire, anti-allergique, cicatrisant, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, régénérant, tenseur)

Troisième phase :

  • extrait fluide de barbe de Jupiter : 9 gtt (source d'acide d'usnique, anti-microbien, anti-inflammatoire, apaisant)
  • extrait fluide de protéines de blé : 9 gtt (source de vitamine F, source d'acide usnique, adoucissant, assouplissant, hydratant)
  • vitamine E : 5 gtt (anti-oxydant puissant, anti-radicalaire, stimule la régénération cellulaire, assouplissant)
  • sorbate de potassium : 0.07 g (anti-oxydant, conservateur fongicide)
  • alcool de benzyle : 5 gtt (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)

Méthode : mélanger vivement la phase aqueuse (après avoir laissé "gonfler" la lécithine dans l'infusion), puis ajouter la phase huileuse en filet, en ne cessant pas de mélanger, et enfin la 3ème phase.

Bon, voilà au moins un pot de quelque chose de réussi, avec cette belle texture de crème M*nt Blanc ;)

Mais bon, j'avais quand même "sur les bras" 120 ml de la première version ratée…et çà m'aurait embêtée de jeter toutes ces bonnes choses à la poubelle…

J'ai donc réalisé une petite émulsion très très compacte (juste polawax + HV de jojoba + eau), à ajouter à ces 2 pots ratés, pour obtenir 150 ml de quelque chose d'utilisable… J'ai fait très très peu chauffer mes 120 ml ratés, avant de les ajouter à ma petite émulsion, pour ne pas perdre les propriétés des ingrédients, particulièrement des conservateurs….

Donc voici, au final, la recette, j'ai tout mis en même temps, les ingrédients des deux pots de 60 ml + les ingrédients de l'émulsion de rattrapage final.

Phase aqueuse :

  • Gel d'aloe vera : 14 g (émollient, humectant, hydratant, apaisant, cicatrisant, astringent, anti-prurigineux, régénérant, anti-radicaux libres)
  • infusion de camomille allemande (anti-inflammatoire, anti-allergique, cicatrisant) et reine des prés (source d'acide salicylique, anti-inflammatoire, astringent) : 39 g
  • Eau : 14 g
  • gomme xanthane : 0.18 g (épaississant, gélifiant)
  • levure de bière en paillettes : 0.6 g (source de vitamine B)
  • lécithine de soja : 24 g (à laisser fondre dans la phase aqueuse quelques heures, avec la gomme xanthane et la levure de bière) (émulsifiant, émollient)

Phase huileuse :

  • HV de calophylle inophyle : 8 g (circulatoire, fluidifiant, cicatrisant, régénérant, anti-infectieux, anit-inflammatoire, antalgique, protecteur)
  • HV de nigelle : 8 g (anti-inflammatoire, cicatrisant, anti-infectieux, antioxydant, anti-radicalaire, anti-âge, nourrisant, régénérant)
  • Macérât camomille allemande / jojoba : 10 g (anti-inflammatoire, anti-allergique, cicatrisant, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, régénérant, tenseur)
  • Macérât consoude / jojoba : 10 g (cicatrisant, anti-inflammatoire, astringent, émollient, adoucissant, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, régénérant, tenseur)
  • HV de jojoba : 7 g (humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, régénérant, tenseur
  • Polawax : 9 g (émulsifiant)

Troisième phase :

  • extrait fluide de barbe de jupiter : 1.2 g (36 gtt) (source d'acide d'usnique, anti-microbien, anti-inflammatoire, apaisant)
  • extrait fluide de proteines de blé : 1.2 g (36 gtt) (source de vitamine F, source d'acide usnique, adoucissant, assouplissant, hydratant)
  • vitamine E : 0.6 g (anti-oxydant puissant, anti-radicalaire, stimule la régénération cellulaire, assouplissant)
  • oxyde de zinc : 1.2 g (fongicide, antiseptique)
  • allantoïne : 0.6 g (apaisant, hydratant, cicatrisant, réparateur, régénérant, adoucissant, sébo-régulateur)
  • sorbate de potassium : 0.35 g (anti-oxydant, conservateur fongicide)
  • alcool de benzyle : 1.17 g (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)

Même si pour moi, la méthode a été un peu saugrenue, il convient d'utiliser la méthode d'émulsion habituelle (Voir le mode opératoire pour débutantes).

Je ne vous cache pas que j'ai eu un peu de mal à rattraper le coup sans trop chauffer… Et au final, ma crème n'est pas très appétissante, la texture semble grumeleuse, mais en fait elle ne l'est pas, elle fond très bien sur la peau, ouf…

 

Verdict : vous l'aurez compris, j'en ai BAVÉ !! :lol: Et en plus, vous voulez rire ? la Kajan n°2, celle que j'ai faite dans le petit pot, par "dépit", qui était si jolie, eh bah quand je suis arrivée chez Béatrice et que j'ai ouvert le pot, elle s'était complètement liquéfiée !! Non, mais quand on a la poisse hein….:roll: Bref, en tout cas, étant donné que cette crème "Kajan" a été pas mal manipulée dans tous les sens, j'ai conseillé à Béatrice de commencer par tester celle-ci (avant celle au tepezcohuite et celle au curcuma), histoire de minimiser les éventuels problèmes de conservation… :roll:

En tout cas, sa texture, même si elle n'est pas très jolie, est plutôt agréable sur la peau, c'est déjà çà !!
 

jan 082011

Pour mon amie Béatrice, qui souffre pachyonychie congénitale (je vous renvoie à cet article, si vous l'avez raté !), j'ai fait une deuxième crème pour essayer de soulager ses lésions.

Je me suis inspirée de ma crème avoine-guimauve, qui est tellement douce, et j'ai voulu y ajouter du curcuma et du tepezcohuite.

 

 Phase aqueuse (70 %) :

  • infusion de curcuma (anti-inflammatoire, anti-oxydant), tepezcohuite (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, antalgique, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur), grande consoude (cicatrisant, anti-inflammatoire, astringent, émollient, adoucissant), centella asiatica (anti-oxydant, anti-inflammatoire, cicatrisant, stimule la formation du collagène, stimule la formation des vaisseaux sanguins), avoine (cicatrisant, antiprurigineux, anti-eczéma, régénérant, adoucissant, émollient, purifiant), guimauve (émollient, apaisant, adoucissant, anti-inflammatoire) : 35 g

Phase huileuse :

  • macérât tepezcohuite/jojoba : 5 g (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, antalgique, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, tenseur)
  • macérât curcuma/jojoba : 5 g (anti-inflammatoire, anti-oxydant, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, cicatrisant, régénérant, tenseur)
  • olivem (6 %) : 3 g (émulsifiant, émollient, hydratant)

Troisième phase :

  • urée (2.5 %) : 1.25 g (régulateur de pH, très humectant, agent d'entretien de la peau, cicatrisant)
  • extrait fluide de tepezcohuite (1 %) : 0.5 g  (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, antalgique, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur)
  • extrait fluide de curcuma (0.5 %) : 0.25 g (anti-inflammatoire, anti-oxydant) (en faisant la recette, j'ai eu un méga trou de mémoire, et je me suis dit d'un coup "mince, j'ai oublié de préparer une teinture de curcuma"…. donc j'ai remplacé l'extrait fluide par la même quantité d'urée… sauf qu'en fait j'avais BIEN préparé une teinture de curcuma et que je l'avais complètement oubliée…. quand on n'a pas de tête hein….:roll:)
  • sorbate de potassium (0.3%) : 0.15 g (anti-oxydant, conservateur fongicide)
  • alcool de benzyle (0.8 %) : 0.4 g (9 gtt) (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)

 

Méthode : Faire chauffer les phases aqueuse et huileuse au bain-marie, puis faire prendre l'émulsion. (Voir le mode opératoire pour débutantes)

Verdict : la jolie couleur jaune est donnée par le curcuma (elle aurait été plus intense si je n'avais pas oublié l'extrait fluide de curcuma, mais bon bref….). La texture est très très douce, je la trouve très agréable ! Espérons qu'elle fera du bien à Béatrice !

jan 012011

C'est avec une très très grande joie que j'ai retrouvé récemment une de mes très chères amies de fac, Béatrice.

Béatrice souffre d'une maladie génétique : le syndrôme de Jadassohn-Lewandowsky, appelé également Pachyonychie congénitale de type 1.

Voici la définition de cette maladie, donnée sur Vulgaris-medical :

Maladie héréditaire transmise suivant le mode dominant (il suffit que l'un des deux parents présente l'anomalie génétique pour que l'enfant ait la maladie).
Ce syndrome (ensemble de symptômes) se rencontre chez le nouveau-né et chez l'enfant en bas âge, et se caractérise par une hyperkératose, c'est-à-dire une augmentation d'épaisseur de la couche de cellules constituant l'épiderme et contenant de la kératine. L'épiderme est la couche de cellules la plus superficielle de la peau.

Cette pathologie fait partie des kératodermies.

Au cours de la pachyonychie congénitale, on observe une kératinisation, autrement dit une transformation de la kératine et des couches superficielles de la peau (épiderme) ou de certaines muqueuses (couches de cellules recouvrant l'intérieur des organes creux en contact avec l'air) qui s'enrichissent progressivement de kératine.
Cette kératose est située sous les ongles, sur la plante des pieds et sur la paume des mains.
Elle apparaît sous la forme d'îlots associés à une hyperhidrose (transpiration excessive non liée à la chaleur ou à l'exercice physique).
Il existe d'autre part une kératose pilaire avec un état de sécheresse de la peau et de petites élévations de la couche cornée (de kératine), sèches, avec des leucokératoses (plaques blanches) au niveau de la langue.

C'est une maladie très handicapante, au sens propre, car les lésions de Béatrice sont très douloureuses, surtout au niveau des pieds, ce qui l'oblige à se déplacer en fauteuil roulant.

Je vous invite si vous souhaitez en savoir plus à visiter le site de l'association "Le coeur au pied", dédié au deux types de pachyonychie congénitale. Certaines photos sont un peu crues, je préfère vous prévenir…

Bref, lorsque nous avons renoué le contact, elle m'a dit qu'on lui avait beaucoup parlé d'une plante qui serait très efficace pour elle, et m'a demandé si je pouvais avoir le moyen de me procurer du "Mimosa Tenuiflora"… Si je peux m'en procurer ? J'en vends, c'est du tepezcohuite ! :mrgreen:

Elle a été d'accord pour que je fasse quelques essais de crèmes pour elle, dont voici la première, une base toute simple, 100 % tepezcohuite justement !

Elle m'avait signalé que ses crèmes doivent surtout n'être pas du tout occlusives, j'ai donc opté pour des formules contenant assez peu de phase huileuse… en espérant que ce soit quand même suffisament nourrissant.

 

Phase huileuse :

  • Macérât tepezcohuite/jojoba (25 %) : 15 g (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, calme la douleur, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur, humectant, nourrissant, sébo-régulateur, calmant, cicatrisant, régénérant, tenseur)
  • Olivem (7%) : 4.2 g (émulsifiant, émollient, hydratant)

Phase aqueuse :

  • Infusion de tepezcohuite (66.67 %) : 40 g (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, calme la douleur, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur)

Troisème phase :

  • Extrait fluide de tepezcohuite (1 %) : 0.6 g (18 gtt) (antiseptique, revitalisant, cicatrisant, calme la douleur, évite l'apparition de cicatrices, régénérant, restaurateur)
  • Sorbate de potassium (0.30 %) : 0.18 g (anti-oxydant, conservateur fongicide)
  • Alcool de benzyle : (0.8 %) : 0.48 g (10 gtt) (conservateur bactériostatique, anti-prurigineux)

 

Méthode : Faire chauffer les phases aqueuse et huileuse au bain-marie, puis faire prendre l'émulsion. (Voir le mode opératoire pour débutantes)

 

 

Verdict : J'aime beaucoup la couleur, légèrement rosée. J'en ai fait un pot pour moi également, pour essayer de venir à bout de mes cicatrices d'acné. La crème n'est pas grasse du tout, elle mériterait même de l'être un petit peu plus pour les peaux normales et sèches. Pour moi, qui ai une peau mixte/grasse, elle est très bien ! Je l'utilise également sur les joues de mes filles, quand elles sont abîmées par le froid. J'attends avec impatience le retour de Béatrice…

Mise en garde

Nos articles sont à but informatif, ils ont été renseignés par des sources précises et fiables, mais ils ne sauraient en aucun cas se substituer à un avis médical.
En cas d’interrogation ou de pathologie grave, consultez un professionnel de santé !
N'oubliez pas de lire également le billet sur l'utilisation des huiles essentielles.

Rendons à César…

C'est avec plaisir que nous mettons nos recettes à votre disposition. Parfois, nous nous sommes inspirées d'autres bloggeuses, que nous citons.
Si vous-même vous inspirez de l'une de nos recettes, merci de mettre dans votre article un lien vers "La cosméto de Maman" !